Les mots de l'Avent 2012, vendredi 7 décembre, 1ère semaine Avent C

Publié le par père Jean-luc

Sachons découvrir Celui qui nous parle aussi bien dans l’instant que dans la durée…

 

En Jésus, le Dieu trinitaire se donne au monde d'une manière insurpassable... Tout ce qui suivra dans la durée n'est plus que le déploiement prodigieux de cet événement final. Hans-Urs von Balthasar Dramatique, IV, p. 27-28). 

pain

Nous allons vers la fête de Noël, dans ce temps de préparation nous pouvons essayer de rafraîchir le sens de certains mots, pour se disposer à recevoir, à rencontrer… Aujourd’hui, le mot « durée».

Disons le tout net, la durée ne semble pas avoir beaucoup de valeur dans les citations d’Evène. L’enjeu apparaissant à beaucoup de vivre intensément une situation, ainsi pour Sénèque. « L'essentiel est l'emploi de la vie, non sa durée. »

 De la même manière, pour Thomas Hardy« L'expérience consiste en intensité, non en durée. » [Tess d'Uberville]

Et Aristote, d’une manière pratique, en tire la conséquence « La tragédie doit renfermer la durée de son action dans un tour de soleil. »

Emmanuelle Arsan situe instant, durée et éternité, l’éternité se vivant plus dans l’instant que dans la durée, ce qui consonne bien avec une approche érotique de l’existence  « L’éternel amour peut durer une seule nuit, parce que l’éternité n’est pas ce qui fait durer, mais ce qui abolit la durée. » [Emmanuelle IV]

Alors que penser de tout cela ?

Milan Kundera ouvre un nouveau champ. Il ouvre celui du travail, du travail de la forme et cela ouvre le champ de la valeur à la durée, nécessaire aussi pour se communiquer à d’autres « Imprimer la forme à une durée, c'est l'exigence de la beauté mais aussi celle de la mémoire. » [La Lenteur]

Jean Claude Bourles valorise encore plus la durée, par elle et en elle, une dynamique prend corps « Dès l’instant où elle s’inscrit dans la durée, la marche secrète une sorte d’euphorie. » [Le Grand Chemin de Compostelle] : il concilie instant et durée, l’instant ouvre à un nouveau dans la durée…

Glenn Gould ce grand interprète de Bach dit l’enjeu de l’art qui concilie « L'objectif de l'art n'est pas le déclenchement d'une sécrétion momentanée d'adrénaline, mais la construction, sur la durée d'une vie, d'un état d'émerveillement et de sérénité. » [A bas les applaudissements]

La vie doit être vive, et pour cela être marquée par de grands événements, mais elle doit ensuite laisser diffuser ce dont était porteur le grand événement dans son épaisseur dans sa durée, révéler la présence au cœur même de notre quotidien.

Un verset que j’aime beaucoup dans l’Annonciation « Et l’ange la quitta ». Marie vient de vivre l’événement le plus important de l’histoire de l’humanité, l’Incarnation du Verbe en son sein, et elle est renvoyée à son quotidien pour vivre de cet événement et le laisser se répandre dans l’humanité.

Disons « oui, amen » à tout : à l’instant comme à la durée. N’ayons de cesse d’être disponible à ce qui vient… Prenons doucement forme et visage ! Vivons ainsi ce temps de l’Avent, pleinement en le sachant gros, dans son quotidien, d’une promesse. Travaillons à l’accueillir, à la laisser se manifester dans le quotidien… comme un pain à façonner, à cuire, à partager et à consommer entre frères !

Père Jean-Luc

image http://us.123rf.com/400wm/400/400/anyka/anyka0908/anyka090800163/5457110-old-hands-partage-du-pain-a-une-table-d-39-action-de-grace-remplie-de-produits-d-39-automne.jpg

Publié dans Mots de l'Avent