Les premiers pas du discernement chez Ignace.

Publié le par pèrde Jean-Luc Fabre

Né à Loyola (Guipuzcoa) en 1491, Ignace vécut d'abord à la cour des Grands, puis se consacra à la vie militaire. Blessé au siège de Pampelune, il se convertit durant sa convalescence, ne brûlant que du désir de suivre les pas du Christ. Retiré à Manrèse, il y vécut une expérience spirituelle dont il a transposé l'essentiel dans le livre des Exercices Spirituels.

Il étudia la théologie à Paris ; c'est là aussi qu'il posa les premières fondations de la Compagnie de Jésus. Ordonné prêtre à Venise en 1537, il se rendit à Rome la même année. Trois ans plus tard, en 1540, il y fonda la Compagnie ; il en fut élu le premier Préposé Général, au début de l'année suivante.

Il contribua de mille manières à la restauration catholique du XVIe siècle et fut à l'origine d'une nouvelle activité missionnaire de l'Église. Il mourut à Rome en 1556 et fut canonisé par Grégoire XV en 1622. (jesuites.com)

En plus de ses sept heures d'oraison, il s'occupait à aider quelques âmes qui venaient le trouver, les entretenant dans les choses spirituelles. Tout le reste du jour dont il disposait, il le consacrait à penser aux choses de Dieu, revenant sur ce qu'il avait médité ou lu ce jour-là. Mais quand il allait se coucher il lui venait maintes fois de grandes connaissances, de grandes consolations spirituelles si bien qu’il avait réservé à dormir lequel n’était pas considérable. Et, réfléchissant certaines fois à cela, il en vint à penser en soi-même qu’il s’était fixé une certaine longueur de temps pour s’entretenir avec Dieu et qu’il avait, en outre, à sa disposition tout le reste du jour ; du coup il se mit à douter que ces connaissances spirituelles fussent du bon esprit et il en vint à conclure en soi-même qu’il valait mieux y renoncer et dormir pendant le temps destiné au sommeil. Et il le fit.

Le Récit chapitre 3

ignace.jpg

A priori, c’est le premier exemple de discernement mis en œuvre en tant que tel par Ignace. De cette manière, Ignace va découvrir ce en quoi consiste pour lui, la vie bonne, celle qui dispose chaque chose de manière ordonnée vers une fin, celle de l’homme « louer, respecter et servir Dieu Notre Seigneur » [ES n° 23]… Nous n’avons pas à être choqués de la démarche, Ignace, après une approche héroïque dont il a mesuré l’innéité, entre dans une nouvelle manière de recevoir sa vie, en dialogue avec son Dieu.

Dieu, notre créateur, se soucie de toute notre vie et nous apprend à en considérer justement tous les éléments… Ignace dira qu’en ces jours, « Dieu le traitait de la même manière qu’un maître d’école traite un enfant, savoir : en l'enseignant ». Ignace apprend à se décider à partir du discernement, il examine plusieurs fois la question, arrête sa position, et s’y tient en fonction de ce qu’il ressent en lui-même comme paix… C’est, vraisemblablement, à partir de cette expérience, qu’il formalisera ses règles pour s’ordonner dans la nourriture.

père Jean-Luc

Publié dans Miettes ignaciennes