Prière d'ouverture du 7e dimanche de Pâques : Lorsque l'absence devient promesse de joie ...

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

Oraison du 7ème Dimanche de Pâques : Entends notre prière, Seigneur, nous croyons que le Sauveur des hommes est auprès de toi dans la gloire, fais-nous croire aussi qu’il est encore avec nous, jusqu’à la fin des temps comme il nous l’a promis...

Temps merveilleux, que celui entre l’Ascension et la Pentecôte, ce moment où la perte, cette fois, se traduit par une espérance d’un « davantage » attendu, espéré, souhaité, désiré.

Celui qui nous a quittés est arrivé à son terme, auprès du Père...

Il ne nous est pas arraché comme au début du temps pascal, aux jours de la Passion où tout semblait s’écrouler, se rompre, se détruire, se perdre...

Son départ, aujourd’hui, a du sens, a pu être parlé par lui et par nous, nous avec Lui et nous entre nous, à travers ses multiples apparitions.

Tout est différent dans ce départ car nous-mêmes nous sommes différents, nous avons acquis une vraie maturité en ayant traversé l’illusion de pouvoir dire « oui » à une aventure, puis d’avoir dit « non » en la trahissant...

Nous avons reçu le pardon. Nous sommes devenus plus humbles, plus confiants dans la relation, capables de dire simplement « amen »... cet « amen » qui porte et notre « oui » et notre « non » Nous recevons enfin ce qui nous est donné depuis longtemps... Et nous, par cela, nous pouvons attendre une nouvelle présence auprès de nous... nous sommes devenus capables de nouveauté.

Nous savons ce qu’être Sauveur des hommes veut dire... Se dessine ainsi un merveilleux triangle multiple entre Lui qui est au Ciel et chacun de ses frères sur terre avec lesquels il poursuit la marche, en esprit et aussi dans le concret d’une nouvelle présence...

Cela conforte pour chacun de nous le sens de notre marche...

Une demande tout de même, celle de pouvoir nous ouvrir continuellement à cette nouvelle présence auprès de nous, de ne pas restreindre sa présence à une idée mais de nous y ouvrir.

Il est humble et doux, il ne s’impose pas, il veut être préféré, reconnu, aimé, considéré...

A nous de l’invoquer, de prendre le temps de mesurer sa présence auprès de nous... de laisser sa présence habiter notre propre présence auprès de nos frères...

Il est le Chemin nouveau, le Chemin Neuf après avoir été la Vérité et la Vie...

Père Jean-Luc Fabre

photo https://scontent-cdg.xx.fbcdn.net/hphotos-xpt1/v/t1.0-9/10258136_870146253023963_5877276354766636267_n.jpg?oh=40add493d61e547ff96c6bf8cfd4f0ab&oe=55D66E11

Publié dans oraison