Lc 2, 1-14 Quelle mangeoire offrir en ma vie à la nouveauté de Dieu ?

Publié le par père Jean-Luc

 creche-Radegonde-signee.jpg

Les lectures de la messe de la nativité  (Messe de la nuit de Noël)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2,1-14.

En ces jours-là, parut un édit de l'empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre -  ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. - Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d'origine. Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David. Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte. Or, pendant qu'ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l'emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n'y avait pas de place pour eux dans la salle commune. Dans les environs se trouvaient des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L'ange du Seigneur s'approcha, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d'une grande crainte, mais l'ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : Aujourd'hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. Et voilà le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et soudain, il y eut avec l'ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu'il aime. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Le récit de la Nativité est traversé par deux logiques de puissance, celle d’Auguste qui anime « en ces jours-là » l’espace de son empire pour qu’il se recense et se compte, en se repliant et en se figeant sur lui-même… « Chacun allait se faire inscrire dans sa ville d'origine » et celle de  Dieu qui anime et rythme le temps, ouvre et élargit l’espace… « Or, pendant qu'ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter »… du neuf surgit, du non prévu, du non compté à qui il faudra bien donner place…

En effet, si l’espace social semble se refuser à la nouveauté, « il n'y avait pas de place pour eux dans la salle commune », cette dernière devient centre appelant de la terre et du ciel, des anges et des hommes… « Il y eut avec l'ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu ». Le signe donné de ce basculement pour toute vie : « un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire ».

Noël est appel pour chacun à accueillir la nouveauté en sa vie, quel que soit son âge, quelle que soit sa condition… Le Dieu qui ne cesse de faire surgir le neuf en chacun de nous, Il vient à nous, sous le sceau de la fragilité, de « l’enfant nouveau-né emmailloté ». Il nous appelle à quitter ce que nous possédons, pouvons recenser, mesurer pour nous tourner vers ce qui advient, surgit… Allons contempler l’enfant nouveau-né. Ouvrons-nous, comme un petit pauvre, à la joie qu’Il transmet, accueillons l’espérance… Donnons-lui place…

"La venue du Seigneur ne peut donc avoir d'autre but que celui de nous enseigner à voir et à aimer les événements, le monde et tout ce qui l'entoure, avec les yeux mêmes de Dieu. Le Verbe fait enfant nous aide à comprendre la manière d'agir de Dieu, afin que nous soyons capables de nous laisser toujours plus transformer par sa bonté et par son infinie miséricorde." Benoît XVI Audience générale du 22 décembre 2010.

 

Père Jean-Luc Fabre