Lc 2, 1-14 Messe de la Nuit de Noël : l'enfant Jésus vient nous dire de choisir la Vie

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Noël, messe de minuit

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2,1-14

En ces jours-là,
parut un édit de l’empereur Auguste,
ordonnant de recenser toute la terre
– ce premier recensement eut lieu
lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie.
Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine.
Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth,
vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem.
Il était en effet de la maison et de la lignée de David.
Il venait se faire recenser avec Marie,
qui lui avait été accordée en mariage
et qui était enceinte.

Or, pendant qu’ils étaient là,
le temps où elle devait enfanter fut accompli.
Et elle mit au monde son fils premier-né ;
elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire,
car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
Dans la même région, il y avait des bergers
qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs
pour garder leurs troupeaux.
L’ange du Seigneur se présenta devant eux,
et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière.
Ils furent saisis d’une grande crainte.
Alors l’ange leur dit :
« Ne craignez pas,
car voici que je vous annonce une bonne nouvelle,
qui sera une grande joie pour tout le peuple :
Aujourd’hui, dans la ville de David,
vous est né un Sauveur
qui est le Christ, le Seigneur.
Et voici le signe qui vous est donné :
vous trouverez un nouveau-né
emmailloté et couché dans une mangeoire. »
Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable,
qui louait Dieu en disant :
« Gloire à Dieu au plus haut des cieux,
et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Le drame de la vie humaine, de toute vie humaine, n’est pas annulé en cette sainte et douce nuit... Nous y découvrons la réponse de Notre Dieu à cette situation ainsi que l’appel qu’il adresse à chacun de nous. En effet, deux axes dynamiques se rencontrent dans l’évangile de la Nuit de Noël, déjà ils dessinent la Croix au lieu même de la Naissance de Notre Seigneur. La croisée des deux forme aussi le lieu de l’appel au discernement pour chacun de nous : suivre l’un ou l’autre axe, entrer en soumission de la puissance extérieure ou se lancer dans la louange, pure et pauvre...

« Un édit de l'empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre » Le premier axe est celui de la démonstration de pouvoir de l’empereur. Chaque élément du monde se met en route pour pouvoir être compté à son lieu d’origine. Un centre met en branle toute une périphérie. Mais la recension de ses moyens, de ses pouvoirs que peut-elle faire si ce n’est se courber sur elle-même sans la moindre perspective autre qu’elle-même, que son chiffre. Dès lors impossible de ne pas percevoir de manière hostile toute autre émergence de pouvoir, de capacité... tout devient concurrence, menace et enfermement.

« Or, pendant qu'ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter »L’autre axe est celui de la vie qui pousse, de manière absolue et souveraine, en n’importe quelle situation parce qu’elle est la vie. Dans le contexte imposé par le premier axe, elle trouve les moyens de sa subsistance. « Elle l'emmaillota et le coucha dans une mangeoire » Et cette vie attire aussi, mais sous la forme de l’appel et non de l’imposition, sous la forme de la promesse, de la liberté... tout devient grâce. Ciel et terre concourent gracieusement à l’unification du Cosmos par la louange...

« La gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière » En chacune de nos vies, ces deux axes courent en nous, nous travaillent... Ils ne visent pas à créer le même monde. La vie, la vraie vie, au-delà de tout calcul, de tout bilan, ne cesse de se donner, d’appeler. Laissons-nous envelopper, emmailloter, contenir par ce qui donne vie... Ne cherchons pas à vivre par nous-mêmes, sur nos propres forces... Apprenons de l’enfant nouveau né la vraie vie, il en est le Prince...

père Jean-Luc Fabre

photo http://www.dclv.fr/DCLV_WEB/photos_news/21916eb3.jpg