Lc 20,27-38 Parler en vérité, c’est notamment parler comme un parmi les autres…

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

fruits-pyracantha.jpg

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 20,27-38.

En ce temps-là, quelques sadducéens – ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection – s’approchèrent de Jésus
et l’interrogèrent : « Maître, Moïse nous a prescrit : Si un homme a un frère qui meurt en laissant une épouse mais pas d’enfant, il doit épouser la veuve pour susciter une descendance à son frère.
Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ;
de même le deuxième,
puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants.
Finalement la femme mourut aussi.
Eh bien, à la résurrection, cette femme-là, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »
Jésus leur répondit : « Les enfants de ce monde prennent femme et mari.
Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne prennent ni femme ni mari,
car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont enfants de Dieu et enfants de la résurrection.
Que les morts ressuscitent, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob.
Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui. »

********

Une nouvelle polémique, de nouvelles tensions, une nouvelle occasion pour nous d’entrer dans l’art et la manière de Jésus. De ce passage d’évangile, nous pouvons retirer quelques traits qui caractérisent la manière qu’a Jésus de se situer. Pour le dire de manière ramassée : Jésus introduit au salut chacun, en tenant compte de tous les autres et en ouvrant au fond des choses. Par cela, il nous ouvre au mystère de Dieu.

En chaque circonstance, Jésus respecte profondément l’ensemble des êtres en présence. C’est en cela que consiste le fait de parler en vérité. Cela entraine que Jésus parle en se situant lui-même parmi les autres. Ainsi, s’il se réfère bien lui aussi, à Moïse comme source d’autorité, Jésus situe également le propos de Moïse. « Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre…». Comme pour Zachée dimanche dernier, les sadducéens sont enfants d’Abraham eux-aussi… Chacun existe à sa juste place pour lui… il répond à l’un, sans oublier l’autre.

Jésus va au fond des choses en visant ce dont il s’agit en profondeur, il révèle l’enjeu sous-jacent de la polémique avec les Sadducéens. Il nous introduit à une vision profonde qui nous donne de consentir vraiment au point de vue qu’il nous propose. Jésus exprime ici que la sexualité est liée à notre condition mortelle. « Ceux qui ont été jugés dignes d'avoir part au monde à venir et à la résurrection d'entre les morts ne se marient pas, car ils ne peuvent plus mourir ». Dès lors, nous pouvons envisager une vie de relations autre « Ils sont semblables aux anges, ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection ». Nous pouvons nous ouvrir à ce qui compte le plus en fin de compte : la relation qui comprend la sexualité mais la dépasse… la sexualité, perçue selon cette perspective, se révèle alors comme annonce du mystère de la relation.

Dernier point, la loi pour Jésus est un indicateur vers le sens profond des choses. La loi doit donc être entendue comme telle, sans la mépriser sans non plus l’absolutiser. Pourquoi cela ? Parce qu’au-delà de cette parole, Jésus ne cesse de lier relation avec son Père. C’est pour lui que Jésus vit, c’est pour lui qu’il perçoit que les autres vivent, sont appelés à vivre quels qu’ils soient. Jésus est et nous entraine dans ce grand et unique mouvement qui nous conduit vers ce Dieu que nous pouvons, peu à peu, appeler Père puisque sans cesse il se révèle être Celui qui nous donne et nous redonne vie… « Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; tous vivent en effet pour lui ».

Père Jean-Luc Fabre

Pour relier cette scène d’Evangile, à nos expériences, quelques citations qui illustrent l’art et la manière de Jésus, en attente des vôtres…

  • Ce qu'il faudrait, c'est toujours concéder à son prochain qu'il a une parcelle de vérité et non pas de dire que toute la vérité est à moi, à mon pays, à ma race, à ma religion.[Amadou Hampâté Bâ] 
  • Veux-tu vivre heureux ? Voyage avec deux sacs, l'un pour donner, l'autre pour recevoir. [Johann Wolfgang von Goethe]
  • La connaissance parle, mais la sagesse écoute. [Jimi Hendrix]