Lc 21,5-19 L’orient de tout disciple : devenir un avec Jésus, dimanche 13 novembre 2016

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

33e dimanche du temps ordinaire

Automne lierre

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 21,5-19.

En ce temps-là, comme certains parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient, Jésus leur déclara :
« Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »
Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »
Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi”, ou encore : “Le moment est tout proche.” Ne marchez pas derrière eux !
Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. »
Alors Jésus ajouta : « On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume.
Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel. »
Mais avant tout cela, on portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devantdes rois et des gouverneurs, à cause de mon nom.
Cela vous amènera à rendre témoignage.
Mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense.
C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer.
Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous.
Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom.
Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.
C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

 ***

Les feuilles ne cessent de tomber des arbres en France. Nous sommes au cœur de l’automne, déjà l’hiver s’annonce et le bel été est bien loin… mais déjà, d’une manière bien discrète, un renouveau s’annonce dans la formation délicate des bourgeons qui vont donner à l’arbre de pouvoir traverses les rigueurs de l’hiver et de pouvoir refleurir de manière neuve au printemps. Même si c’est par une annonce terrible « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit.», c’est au cœur de cette promesse « Ils seront Un avec Lui » à vrai dire que Jésus amène ses interlocuteurs, eux qui se réjouissent du plein été de la belle construction.

Avec persévérance, le disciple avance aussi bien celui mis en scène par l’évangile que celui qui lit cette évangile patiemment, semaine après semaine. Le terme de l’évangile et celui de l’année liturgique  ne sont plus loin. Jésus nous dit que l’équilibre que nous connaissons et qui tenait les pierres de l’édifice de notre vie va disparaître, qu’un nouvel équilibre de notre existence va poindre, il sera vraiment autre.

En effet, il ne sera pas à partir de nous, mais à partir de Lui, de la relation avec Lui. Son Nom prend une importance nouvelle dans l’existence du disciple qui en porte la marque et en subit la conséquence et s’ouvre à la nouvelle vie puisque Jésus déclare : on vous jettera en prison, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon Nom… Vous serez détestés de tous, à cause de mon Nom ».

Il dit aussi que le disciple aura à témoigner et qu’il n’aura pas à sa soucier de sa défense  « Moi-même, je vous inspirerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront opposer ni résistance ni contradiction ». Un nouvel être se constitue, ce n’est plus la même personne, mais une personne « augmentée » de la relation avec le Seigneur, relation agissante, relation renforçante… cela se construit peu à peu, nous donne d’entrer nombreux dans le Royaume…

C’est par notre persévérance que le Jour nouveau de la Résurrection se répand sur notre terre…

Père Jean-Luc Fabre

En contrepoint… et d’autres à venir ! Merci…

 Imagine tous les gens vivant en paix. [John Lennon] Paroles de la chanson Imagine

On est ce que l'on croit. A l'instant où vous ne croyez plus, vous êtes perdu.[Ben Harper] Extrait du magazine L’Express - 27 Février 2003

La mort ne surprend point le sage : il est toujours prêt à partir. [Jean de La Fontaine]Extrait de la fable La Mort et le mourant