Mc 6, 30-34 Vivre au présent en tout temps

Publié le par père Jean-Luc Fabre

« Toute rencontre est individuante, non parce qu’elle consisterait à se retrouver dans les choses, [dans les êtres], mais parce qu’en elle je deviens ce qui me saisit ». Henry Maldiney

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc Mc 6, 30-34

En ce temps-là, après leur première mission, les Apôtres se réunirent auprès de Jésus, et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné.
Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger.
Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart.
Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux.
En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement.

La vie ne peut être la vie, si elle n’est rythmée, si chaque chose ne trouve sa place par rapport à d’autres, si elle n’est traversée par une visée qui situe le moment présent, un orient, si l’action ne repose sur un fondement, une épaisseur d’être reçu, si une organisation n’est pas en place, un rythme de danse… Lorsque ceci ne se vit pas, nous sommes dans la crise, dans l’urgence, excédés… Ici, dans ce passage d’Evangile, nous recevons à la fois la parole du Seigneur qui nous invite au repos et les événements qui forcent la porte de nos tranquillités. Ces événements donneront à Jésus de manifester son amour qui s’abandonne, sa pitié… La Passion déjà affleure, mais elle n’est pas le tout de sa vie, de notre vie…

« Après leur première mission » Un chemin se vit entre Jésus et des apôtres, un chemin de liberté, de découverte, de compréhension en profondeur, comme si le Seigneur les formait déjà dans la perspective de son départ, il les forme d’une manière spéciale, en leur donnant de faire, d’éprouver et ensuite d’en parler, d’échanger entre eux et avec lui. Ce mouvement est bien vécu, d’eux-mêmes ils se réunissent auprès de Jésus. Jésus les appelle à prendre du repos, parce qu’il voit leur fatigue, parce qu’il le vit lui-même. Jésus a du temps, prend du temps pour lui, pour sa vie intime, pour sa relation au Père… Ce mouvement ouvre à l’accueil de la vie en soi, de la vie en l’autre…

« Ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux » Voilà la situation, elle s’impose à Jésus, aux apôtres, à vous, à moi, elle nous précède, elle nous excède aussi… les autres ont des besoins, ils les expriment, je ne suis pas seul au monde, je suis entrainé dans une aventure collective, ils sont mes frères, je suis en solidarité avec eux bien plus que je n’en ai conscience, la paix cherche à se tisser en chacun et entre tous… L’Esprit ne peut être en nous, s’il n’est entre nous… Il y a la vieille dame qui réclame attention, le bébé qui pleure, l’opéré qui se relève, le chômeur qui est perdu, le jeune qui est triste de sa nuit de beuverie, la femme qui ne trouve à se marier…

« Il fut saisi de pitié envers eux » La pitié selon E Housset « s'annonce comme le lieu unique où nous pouvons nous ouvrir à ce que nous devons être, dans la pudeur d'une écoute patiente d'autrui qui le laisse être avant de vouloir le comprendre ». C’est bien ainsi pour Jésus. Il reçoit ses hôtes de passage, ses hôtes qui s’imposent, il les perçoit comme ils sont comme « des brebis sans berger ». De là, surgit en lui la réponse, cette réponse est sa parole, « il se mit à les instruire longuement ». Nul plan préétabli mais une disponibilité à ce qui advient, une écoute véritable qui donne à la Parole de naître juste en lui, de tomber juste, de produire le renouveau de vie en eux, de leur redonner consistance…

Seigneur, donne à cette attitude, ton attitude de vivre en nous, en toute rencontre de nos frères, donne nous de laisser vivre en nous cet enfant du Père que nous sommes, dispose le temps pour que nous le puissions vraiment ...

Père Jean-Luc Fabre
image http://www.rts.ch/2010/05/25/11/32/543082.image/16x9/scale/width/640