Mt 13, 31-35 Petit acte, grand effet

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Lundi (17ème semaine du temps ordinaire)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 13,31-35.

Jésus proposa à la foule une autre parabole : " Le Royaume des cieux est comparable à une graine de moutarde qu'un homme a semée dans son champ. C'est la plus petite de toutes les semences, mais, quand elle a poussé, elle dépasse les autres plantes potagères et devient un arbre, si bien que les oiseaux du ciel font leurs nids dans ses branches. » Il leur dit une autre parabole : « Le Royaume des cieux est comparable à du levain qu'une femme enfouit dans trois grandes mesures de farine, jusqu'à ce que toute la pâte ait levé. » Tout cela, Jésus le dit à la foule en paraboles, et il ne leur disait rien sans employer de paraboles, accomplissant ainsi la parole du prophète : C'est en paraboles que je parlerai, je proclamerai des choses cachées depuis les origines.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF

 « Je ne suis que le petit crayon dans la main de Dieu. Priez pour que ce petit crayon n’écrive pas trop mal l’œuvre de Dieu… (Mère Térésa)

crayon.jpg

La fonction d’une parabole est de signifier ce qui se joue dans les relations profondes entre les personnes. Souvent elle exprime quelque chose qui nous dépasse, parce que cette chose nous englobe, nous précède et que nous ne pouvons pas la décrire sous le mode d’un faire opératoire, d’une action directe. Trop d’éléments bougent pour qu’ils puissent être les conséquences d’actions humaines voulues et coordonnées volontairement. C’est un peu comme lorsque le soleil se lève en montagne et fait lever le jour, éclairant les massifs, les révélant peu à peu, le paysage entier apparaît à nos regards, sans qu’il ne se construise étape par étape, il s’approfondit plutôt… Il surgit lentement et s’impose à notre contemplation. Il en est bien ainsi du Royaume de Dieu. C’est une réalité qui a été voulue par une autre liberté que la nôtre. Cette réalité se développe en faisant évoluer doucement notre contexte et nous-mêmes comme par enchantement. C’est ainsi que nous pouvons comprendre le rôle de l’homme qui sème, de la femme qui enfouit le levain avec la lente croissance du végétal et la lente montée de la pâte fermentée… une liberté suscite une réalité qui évolue comme d’elle-même...

Cette réalité du Royaume qui vient à nous est toujours agissante en notre humanité. N’hésitons pas à la découvrir en nos vies… Un souvenir de mon enfance. Jadis en Aveyron, la tradition de la récitation familiale du chapelet était bien vivante. Et là à chaque récitation, chaque jour, un miracle s’opérait, je percevais une égalité entre tous, entre ma grand-mère, la chef de la maison, ma mère, la fille de la maison, et ma tante, la brue de la maison, et avec moi, un tout petit bonhomme… Avec la prière, tous se retrouvaient comme à égalité pris dans une réalité plus grande, susceptibles de devenir autrement dans cette nouvelle atmosphère, assez loin des rapports d’autorité vécus par ailleurs… mais que ce temps commun de prière contribuait à faire évoluer. Mon premier souvenir de foi…

Cette transformation, elle se joue encore aujourd’hui, lorsque, par exemple, des chrétiens se rassemblent pour prier, ils font l’expérience d’être rassemblés, ils s’éprouvent être mis ensemble doucement, susceptibles de devenir loin d’identités figées… Dans la Communauté de Vie Chrétienne que je rejoins, c’est une dimension qui me touche profondément… le temps de prière silencieuse au début engendre en chacun une disponibilité pour devenir à partir des paroles qui vont suivre. De la même manière, c’est ce qui se joue à la messe fondamentalement lorsque le peuple chrétien se rassemble…

Et si cette réalité peut naître ainsi, nous rejoindre, nous toucher, nous pouvons contribuer à la mettre en œuvre également. Par l’offrande de notre propre présence. Hier, nous avons vu le miracle de la multiplication des pains et des poissons à partir de l’offrande du jeune garçon… Souvenons-nous de l’exemple donné par Mère Térésa qui a changé sa vie ainsi que celle de beaucoup d’autres juste en se risquant à une petite action… Le Royaume nous vient, il nous appelle aussi à poser un petit acte pour aider sa venue… Ne doutons pas, agissons en ce sens aujourd’hui même. Donnons à Dieu le moyen d’agir.

père Jean-Luc Fabre
photo http://1.bp.blogspot.com/-ALCeeH83Sog/T1qlmBK4oyI/AAAAAAAAALE/i5N2vopkgGM/s1600/crayon.jpg