Mt 17, 1-9 La transfiguration du Seigneur

Publié le par Jardinier de Dieu

Evangile selon Matthieu 17, 1-9

Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui. Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. » Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre ; et, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour ; écoutez-le ! » Entendant cela, les disciples tombèrent la face contre terre et furent saisis d’une grande frayeur. Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et n’ayez pas peur ! » Levant les yeux, ils ne virent plus que lui, Jésus seul. En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

286460_246418858712878_100000342965475_819307_6960310_o.jpg

1. Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l’écart, sur une haute montagne : Aller à l’écart, c’est pour prier. C’est Jésus lui-même qui dispose  le moyen pour aider ses disciples à mieux le connaître. Revenons à nous actuellement. Est-ce que nous accordons un petit moment libre à l’invitation de Jésus, pour nous retirer à l’écart avec lui chaque jour ? Pendant cette rencontre personnelle, Dieu nous fait voir au fur à mesure qui il est pour nous et comment nous sommes aussi. N’oublions pas les prières ou les célébrons communautaires que l’Eglise met à notre disposition pour nourrir notre foi.

 

2. Pierre alors prit la parole : Ici, nous découvrons la sincérité, la spontanéité de Pierre. Il ne savait pas ce qu’il disait. Il était tellement content, il voulait s’installer dans cette situation privilégiée. Mais  tous les trois prirent peur quand ils entendirent la voix du Père. La joie  laissa place à la peur. Est-ce que nous agissons différemment face à cette situation ? Non. Puisse l’exemple de Pierre apôtre nous servir d’enseignement, dans tous les cas de figure !

 

3. Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et n’ayez pas peur ! » Tout de suite, Jésus les calma en leur disant : « n’ayez pas peur ». Nous ne nous rendons pas compte de la présence du Christ dans notre vie. Une présence permanente et réconfortante : il est quelqu’un qui s’approche de nous, qui nous touche pour nous mettre debout, pour nous montrer le bon chemin qui mène au Père, chaque fois que nous trébuchons que nous nous égarons …

 

4. Jésus leur donna l’ordre : Regardons le chemin que Jésus traversait. Son chemin est-t il aussi le nôtre : naissance, croissance, passion ? Sans notre consentement, notre vie terrestre doit prendre fin un jour. Chacun, chacune à son heure et à son moment. La présence de Jésus dans notre vie est précieuse et importante, notamment pendant les « tempêtes de mer » ou les turbulences de la vie. Ecoutons-le, suivons ses commandements. Aimons-nous les uns les autres comme Dieu nous aime.

 

Voilà, maintenant, essayons toujours de trouver le Christ dans la vie. Il est là, Il est Dieu, il est Amour. Nous sommes parfois éblouis aussi par cet Amour, en vivant les moments intimes et privilégiés avec les proches très chers. Nous souhaitons nous installer pour toujours dans ces situations bien tranquilles. Mais il faut « descendre de la montagne »,  nous insérer à la réalité de la vie quotidienne avec les tracas, les maladies, les dérangements continuels …  La vie nous attend. Ouvrons notre cœur à son Esprit. Ecoutons sa Parole. Et vivons ... Que le Seigneur augmente notre foi !

 

Merci à Cristina pour cette belle photo : panorama de Mt Sighignola (Italie) sur Lugano (Suisse)