Mt 18, 15-20 Ce qui compte en chacune de nos vies, renouer avec l’écoute…

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 18,15-20.

Jésus disait à ses disciples : « Si ton frère a commis un péché, va lui parler seul à seul et montre-lui sa faute. S'il t'écoute, tu auras gagné ton frère. S'il ne t'écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes afin que toute l'affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins. S'il refuse de les écouter, dis-le à la communauté de l'Église ; s'il refuse encore d'écouter l'Église, considère-le comme un païen et un publicain. Amen, je vous le dis : tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le ciel. Encore une fois, je vous le dis : si deux d'entre vous sur la terre se mettent d'accord pour demander quelque chose, ils l'obtiendront de mon Père qui est aux cieux. Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d'eux. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris 

« Si ton frère a commis un péché ». Jésus propose une approche par étapes. Il respecte, pour cela, les deux dimensions qui sont constitutives de toute communication. Il y a ce dont on parle, ce, à quoi nous faisons référence et il y a aussi toute la dimension d’échange entre les personnes, tout ce qui les relie entre elles, tout ce qui fonde l’échange, ce à partir de quoi nous parlons. Ces deux dimensions sont toujours présentes en tout échange. Ainsi, je dis quelque chose à quelqu’un mais selon les situations, ce que je dis comptera plus ou moins que la manière que j’aurais de le dire à l’autre… Dans ce passage où Jésus présente la manière graduée qu’il nous recommande pour aider un frère à retrouver le chemin de la vie, nous voyons que la dimension qui relie les personnes entre elles, prend une part de plus en plus significative. Ce qui compte vraiment, ce qui est en jeu au plus profond, est bien le fait d’être ensemble… Au début, l’affaire est traitée, seul à seul, avec précision, puisqu’il s’agit de montrer la faute. Puis il s’agira seulement de régler l’affaire avec deux ou trois témoins, la détermination concrète baisse, la dimension de l’être ensemble prend de l’ampleur. A la fin, il s’agira d’informer la communauté ecclésiale non de l’affaire en elle-même, mais du refus d’écouter les trois frères de celui qui s’achemine ainsi vers l’exclusion de la communauté… Ceci nous indique ce qui est le plus précieux pour le Christ : l’écoute véritable qui constitue le corps ecclésial.

« S’il refuse d’écouter l’Eglise ». En effet, l’enjeu, à chaque étape de la démarche, se manifeste bien comme celui de l’écoute dans un dispositif le mettant toujours davantage en évidence comme essentiel à l’être des croyants. Ecouter ne peut se faire, à vrai dire, en dehors de ce qui s’est instauré lors de la reconnaissance entre Simon devenant Pierre et Jésus reconnu comme Christ, celui où chacun de nous a sa place véritable. [Cf. commentaire du 24 août 2014]. L’Eglise est donc essentiellement une attitude, celle de l’Ecoute, l’Ecoute de son Seigneur. C’est pour cela que nous écoutons toujours d’abord la Parole de Dieu dans nos célébrations ou cérémonies. L’Eglise renaît à elle-même dans l’écoute, les Conciles sont toujours l’occasion d’une écoute renouvelée de la Parole de Dieu. Le Père dans la Nuée, lors de la Transfiguration, l’a dit à Pierre, Jacques et Jean : « Ecoutez-le ! En lui, j’ai mis tout mon amour ».

 

« Encore une fois, je vous le dis ». Aussi il est bon de mesurer que l’écoute ne peut valablement germer en nous, en ces jours qui sont les nôtres, que de nous réunir pauvrement à plusieurs, de nous efforcer de nous entendre, pour demander… Jésus nous rappelle sa présence dans cette attitude : « quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux ». Découvrons qu’en chacune de nos vies notre parole naît de la relation, de la considération de la relation qui préexiste à notre propre prise de parole. Lorsque nous parlons vraiment, nous ne faisons que répondre à notre appel. Ainsi se constitue l’humanité rassemblée qu’espère Notre Dieu. Jésus est celui qui révèle, fait germer en l’homme sa capacité d’écoute, d’écoute de la Parole de Dieu, cette parole qui parle, en chacun, depuis l’origine.

Père Jean-Luc Fabre

Pour aller plus loin

Mt 18, 15-20 Ce qui compte en chacune de nos vies, renouer avec l’écoute…