Mt 2, 13-15.19-23 La Sainte Famille en Egypte et à Nazareth / La nouveauté du Royaume surgit en pleine histoire du monde…

Publié le par père Jean-Luc Fabre


Matthieu 2, 13-15.
19-23 
Après le départ des mages, l'ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l'enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu'à ce que je t'avertisse, car Hérode va rechercher l'enfant pour le faire périr. »
Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l'enfant et sa mère, et se retira en Égypte,
où il resta jusqu'à la mort d'Hérode. Ainsi s'accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète : D'Égypte, j'ai appelé mon fils.

Après la mort d'Hérode, l'ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph en Égypte et lui dit : « Lève-toi ; prends l'enfant et sa mère, et reviens au pays d'Israël, car ils sont morts, ceux qui en voulaient à la vie de l'enfant. »
Joseph se leva, prit l'enfant et sa mère, et rentra au pays d'Israël.

Mais, apprenant qu'Arkélaüs régnait sur la Judée à la place de son père Hérode, il eut peur de s'y rendre. Averti en songe, il se retira dans la région de Galilée et vint habiter dans une ville appelée Nazareth.
Ainsi s'accomplit ce que le Seigneur avait dit par les prophètes : Il sera appelé Nazaréen.

 

logo JRShttp://www.jrs.net/about?L=FR

La scène évangélique des Saints Innocents nous touche, la violence y explose, dans sa barbarie qui rejoint aussi notre temps présent. ... Nous pouvons nous poser la question de pourquoi donc le Seigneur n’a-t-il pas empêché cette violence pour les autres alors qu’il a permis que son fils en échappe… Nous interroger selon cette ligne nous coupe d’une signification plus profonde du trajet du Seigneur qui apporte la réponse véritable à la violence qui habite l’humanité.
« Après le départ des mages » L’histoire de la relation entre Dieu et l’homme connaît une avancée significative, depuis la naissance de ce petit d’homme, Jésus. Le monde, en toutes ses composantes, est venu à lui : les pauvres, les riches, tous ceux qui cherchent un sens, qui attendent, espèrent malgré tout une issue à leur vie. Le départ des mages signe la clôture du temps où nous pouvons saisir ce qui est visé par sa venue, ce rassemblement de l’humanité dans l’adoration de Celui qui vient pauvre à nous. Maintenant, le chemin s’ouvre, celui dont parle Ignace dans les Exercices Spirituels. Dans le troisième point de la contemplation de la Nativité, nous lisons : « Regarder et considérer ce qu'ils font : voyager et peiner pour que le Seigneur vienne à naître dans la plus grande pauvreté et qu'au terme de tant d'épreuves, après la faim, la soif, la chaleur et le froid, les outrages et les affronts, il meure en croix ; et tout cela pour moi. Puis, réfléchissant, tirer quelque profit spirituel ». [n. 116]. Ce chemin entre en pleine humanité, en pleine réalité…

« Fuis en Égypte » Sur ce chemin, la violence surgit tout d’abord. Elle s’attaque à la racine de la vie, au germe. Car la racine de la vie, c’est là où elle naît. La violence attaque toujours là où se trouve l’espérance en nos vies, là où sourd l’humain. Le Seigneur Dieu protège ce germe de vie, il appelle le bon serviteur Joseph. Et comme jadis pour les Hébreux qui avaient fui en Egypte pour y subsister pendant la famine qui ravageait le Proche-Orient, Joseph et sa famille rejoignent la vallée du Nil. Cette action sauve la promesse, lui permet de se développer, de s’exprimer, de prendre consistance, de se déployer. Et elle l’ouvre, du coup, à d’autres possibles. Ainsi, l’enfant Jésus devient comme beaucoup de personnes de par le monde, un réfugié, tributaire du bon accueil qu’il peut lui être réservé. Il demande comme d’autres à être reconnu comme un être humain par les membres d’une autre nation. Son départ en Egypte lui permet aussi d’en revenir, de se lier un peu plus à l’histoire de son Peuple, de la reprendre pour l’amener à son achèvement.

« D'Égypte, j'ai appelé mon fils » Un nouveau départ s’opère. C’est une sortie pour une entrée dans une nouvelle vie, une communication vers les autres. Ce qui va se dérouler par la suite sera en accord avec ce fondement, Jésus peut reprendre l’ensemble de l’histoire sainte et la porter à son accomplissement. L’histoire de l’humanité se rassemble en cet enfant. Dès lors la croissance de cet enfant donnera à cette histoire, l’histoire de toute l’humanité, d’entrer dans le Royaume de Dieu.

 

père Jean-Luc Fabre

Après le départ des mages, la vision est posée, celle d’une humanité qui se vivra dans la fraternité, fraternité portée par le Fils de Dieu fait homme…

D'Égypte, j'ai appelé mon fils le fondement de tout ce qui concrètement va arriver par la suit…

La fuite en Egypte est l’action de Joseph qui sauve tout, ouvre tout… Joseph est comme nous le serviteur qui sauve le germe de la promesse…

Par la visée, l’action, le surgissement du principe, le cadre est posé pour toute l’histoire qui va suivre. Jésus se révélera dans le concret de son existence comme le Fils véritable de Dieu, qui sauvera l’humanité de sa violence par le don qu’il fera de lui-même.