Mt 25, 14-30 Une philosophie de vie dans l'absence ... Commencer par la confiance avec Toi ...

Publié le par père Jean-Luc Fabre

pour dimanche 16 novembre, 33ème  dimanche du temps ordinaire Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,14-30.

Jésus parlait à ses disciples de sa venue ; il disait cette parabole : « Un homme, qui partait en voyage, appela ses serviteurs et leur confia ses biens. A l'un il donna une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul, à chacun selon ses capacités. Puis il partit. Aussitôt, celui qui avait reçu cinq talents s'occupa de les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n'en avait reçu qu'un creusa la terre et enfouit l'argent de son maître. Longtemps après, leur maître revient et il leur demande des comptes. Celui qui avait reçu les cinq talents s'avança en apportant cinq autres talents et dit : 'Seigneur, tu m'as confié cinq talents ; voilà, j'en ai gagné cinq autres. -Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. 'Celui qui avait reçu deux talents s'avança ensuite et dit : 'Seigneur, tu m'as confié deux talents ; voilà, j'en ai gagné deux autres. -Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. 'Celui qui avait reçu un seul talent s'avança ensuite et dit :'Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n'as pas semé, tu ramasses là où tu n'as pas répandu le grain. J'ai eu peur, et je suis allé enfouir ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t'appartient. 'Son maître lui répliqua : 'Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n'ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l'ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l'aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l'abondance. Mais celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dehors dans les ténèbres ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents ! '

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris 

Nous sommes au terme de l’année liturgique, dimanche prochain nous fêterons le Christ Roi de l’Univers. Dimanche dernier, le Seigneur nous parlait de ce temps à venir, cette période sans sa présence qui s’impose. Jésus y mettait en scène l’attitude de dix vierges. Aujourd’hui, il nous propose la parabole des talents. L’enjeu demeure le même : comment vivre en l’absence du Seigneur, dans cette période qui va s’ouvrir, aimantée par le retour de celui-ci... Il est peut-être bon de mesurer que là aussi, tout dans la parabole se joue dans le début de celle-ci. La suite ne fera que manifester ce qui s’est noué ou non au début. Les différents serviteurs en rendant compte de leur existence  se référeront au tout début de leur interaction avec le Maître. Cela renvoie, pour chacun de nous, au commencement de notre propre foi : Aujourd’hui, est-ce que je risque ma vie avec Lui ou bien est-ce que je vis sur moi, ma conception ?... 

Bouquet-Champetre.jpg

« Tu m'as confié » voilà ce que disent les deux premiers serviteurs lorsqu’ils rendent compte de leur gestion, leur vie s’est bâtie d’abord et avant tout sur la réception de la promesse faite : « Un homme, qui partait en voyage, appela ses serviteurs et leur confia ses biens. A l'un il donna une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul, à chacun selon ses capacités ». Leur réussite vient d’avoir reçue la promesse qui leur a été faite, bien plus que de la mise en œuvre de leurs capacités. Notre vie réussit à la mesure même où elle est réponse à la promesse faite par Celui qui nous aime et nous connaît. tonneau.jpg

« Je savais que tu... ». En revanche, la réponse du dernier serviteur est éclairante. Ce qui fait que sa vie aura couru à la ruine, ce n’est pas son potentiel limité, il ne reçoit qu’un talent, c’est l’impossibilité qu’il y a eu en lui de pouvoir entrer dans la confiance, il projette une image dur de son maître. Cela le rend incapable de ne rien faire. Sa vie devient un tombeau où rien ne se tente, où rien ne se passe. Comment sortir de cet enfermement de vision négative ? La suite apporte une solution... 

arbre-desseche-dans-le-ciel.jpg

« Celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a... ». Cette parole retentit de prime abord durement, comme la sentence du gaulois Brennus à la fin du siège de Rome qui déclare aux Romains payant le tribut : « Malheur aux vaincus » tout en jetant sa lourde épée en sus du poids d’or exigé sur la balance... Nous pouvons heureusement l’entendre autrement... et trouver le chemin pour que notre vie sorte du tombeau de l’enfermement en nous-mêmes et nos capacités. Il y a là, pour chacun de nous, un appel à réaliser le don qui nous est fait. Rien n’est à nous, dès lors ce dont nous usons, nous le recevons. Nous pouvons alors en prendre conscience comme étant un don. Ce que j’ai, je puis ainsi le recevoir. Je m’émerveille du don qui m’est fait et dont j’ai pu user, je puis l’offrir, le recevoir à nouveau, entrer ainsi en relation de reconnaissance envers Celui qui me l’a donné. Je prends goût à la pauvreté, au risque d’avancer, à travers tout je sais que je vais faire l’expérience de Dieu, de Celui qui donne, qui se donnera ainsi dans le temps nouveau qui vient...  La vie se fortifie en nous... Ce chemin est vertueux, nous ne cessons de recevoir encore plus.... « Car celui qui a recevra encore, et il sera dans l'abondance ». 

Heureux serons-nous, si à la suite d’Ignace, nous pouvons, à partir de notre vie, faire nôtre cette prière :

Prends Seigneur et reçois toute ma liberté,

Ma mémoire, mon intelligence et toute ma volonté,

Tout ce que j'ai et possède.

Tu me l'as donné ; à Toi, Seigneur, je le rends.

Tout est à Toi, disposes-en selon ton entière volonté.

Donne-moi de t'aimer ; donne-moi cette grâce, elle me suffit. 

Cliquez pour écouter le chant "Prends Seigneur et reçois" (.mp3 1,7 Mo)

« Et il sera dans l'abondance » Pour aller plus loin avec la parabole des talents à partir de pensées profanes... une flânerie...
Source des photos :

http://perlbal.hi-pi.com/blog-images/108730/gd/1237188405/Bouquet-Champetre.jpg http://us.123rf.com/400wm/400/400/andrejstojs/andrejstojs0806/andrejstojs080600006/3143095-tonneau-de-vin-et-de-raisins.jpg
http://www.iophotos.com/wp-content/uploads/wpsc/product_images/arbre%20d%C3%A9ss%C3%A9ch%C3%A9%20dans%20le%20ciel.jpg