Mt 5, 38-42 Ne pas riposter au méchant

Publié le par Jardinier de Dieu

Lundi (11ème semaine du temps ordinaire)
Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,38-42.

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Vous avez appris qu'il a été dit : œil pour œil, dent pour dent.

Eh bien moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l'autre.

Et si quelqu'un veut te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau.

Et si quelqu'un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui.

Donne à qui te demande ; ne te détourne pas de celui qui veut t'emprunter.  

 

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

loi-du-talion.jpg
Mahatma Gandhi : « La loi du Talion nous rendra tous aveugles ».

 

Supportez-vous les uns les autres dans l'amour,
faisant tout ce qui est en votre pouvoir
pour garder l'unité de l'esprit dans le lien de la paix  (Ep 4,2).

Pardonner à ton frère qui commet des fautes à ton égard
non seulement soixante-dix fois sept fois,
mais absolument toutes ses fautes,
aimer tes ennemis,
prier pour tes adversaires et tes persécuteurs (Mt 5,39.44; 18,22)

Comment y arriver
si l'on n'est pas ferme dans la patience et la bienveillance ?

C'est ce que nous voyons chez Étienne... :
loin de demander la vengeance,
il a demandé le pardon pour ses bourreaux en disant :
« Seigneur, ne leur compte pas ce péché » (Ac 7,60).
Voilà ce qu'a fait le premier martyr du Christ...,
qui s'est fait non seulement prédicateur de la Passion du Seigneur
mais imitateur de sa très patiente douceur.

Que dire de la colère, de la discorde, de la rivalité ?
Elles n'ont pas de place chez un chrétien.

La patience doit habiter son cœur ;
on n'y trouvera alors aucun de ces maux...

L'apôtre Paul nous en avertit :
« Ne contristez pas le Saint Esprit de Dieu... :
faites disparaître de votre vie tout ce qui est
amertume, emportement, colère, éclats de voix ou insultes » (Ep 4,30-31).

Si le chrétien s'échappe aux égarements
et aux assauts de notre nature déchue,
comme à une mer en furie,
s'il s'établit dans le port du Christ,
dans la paix et le calme,
il ne doit admettre en son cœur ni colère ni discorde.

Il ne lui est pas permis de rendre le mal pour le mal (Rm 12,17),
 ni de concevoir de la haine.

 

Saint Cyprien (v. 200-258), évêque de Carthage et martyr


Les Bienfaits de la patience, 15-16 ; SC 291 (trad. cf SC p. 221)
photo http://stephgodefroy.unblog.fr/liste-des-articles/la-nature-humaine/files/2011/03/divers005.jpg