Mt 6,1-6.16-18 Qu’est ce que je cherche en allant au désert ?

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Mercredi des Cendres

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 6,1-6.16-18.

En ce temps là Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.
Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite,
afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ;
ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. »

 

« Vivre comme des justes », une aspiration qui est au cœur de tout homme, de toute femme. Il s’agit d’« être quelqu’un de bien » comme le disait la chanteuse Enzo Enzo. Une des racines de tout effort moral dès notre plus jeune âge, consiste à vouloir être bien, avoir une belle image de soi « devant les hommes », reconnue des autres, de ses parents, de ses instituteurs... Mais cette aspiration, en ce jour, il nous est proposé de la vivre au nom de Jésus Christ, à la suite de son appel et pas seulement à partir de notre propre aspiration, portée par une aspiration sociale. Un chemin vraiment nouveau peut s’ouvrir pour nous, aujourd’hui. Il s’agit de ne pas faire comme nous l’aurions prévu dans notre aspiration au bien. Ecoutons Jésus à neuf ! Que nous dit-il d’unique ? Que nous propose-t-il sur la base commune de l’aumône, de la prière et du jeûne  ? Où veut-il nous conduire ?
 
« Ton aumône reste dans le secret ». Voilà le mot du carême. Le secret, ce lieu où je puis vivre autrement, où je puis faire autrement, où mon être s’exprime autrement, où je puis rencontrer autrement. Chacun de nous a sursauté, une fois ou l’autre, lorsqu’il a été surpris par un regard étranger alors qu’il se croyait seul. Jésus nous propose fondamentalement de vivre hors du regard d’autrui. Pour cela, il nous propose de vivre en dehors, même, de notre propre regard. De faire que ma main gauche ignore ce que fait ma main droite, que mon cœur agisse sans être contrôlé, sans effort, sans perspective arrêtée. Que mon cœur se mette à agir à partir de lui seul. Que mon cœur trouve un espace où il peut se mettre à être autrement. Voilà l’enjeu véritable du Carême : pas tant de faire des efforts d’ascèse que de chercher à s’ouvrir à autre chose que je ne connais pas, qu’il m’est promis de découvrir… Tout d’abord, il s’agit de quitter, d’aller au désert, d’y demeurer…
 
« Ton Père qui est présent dans le secret». Dans ce nouvel espace, dont peu à peu je vais prendre la mesure (et il y faut certainement quelques efforts), je distingue la présence respectueuse d’un autre… un peu comme, lorsque j’arrive dans un lieu obscur, mes yeux discernent, peu à peu, les contours d’une autre présence. Je fais ainsi l’expérience unique de la relation avec un autre infiniment respectueux. Une promesse sans forme a priori m’est faite « ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra ». Un Nom m’est donné comme seul gage « ton Père ». Avançons dans le secret du Carême pour découvrir cette promesse. Bonne marche à vous !

 

Source de photo :

http://1.bp.blogspot.com/_SaaOjK_7BOg/TK9xHryJ8JI/AAAAAAAABoQ/FQNiV-Y2Ifk/s1600/d%C3%A9sert+de+juda.jpg