Mt 9, 14-15 Il y a un temps pour jeûner - Le jeûne

Publié le par Jardinier de Dieu

Vendredi après les Cendres

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 9, 14-15)

Les disciples de Jean Baptiste s'approchent de Jésus en disant : « Pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas, alors que nous et les pharisiens nous jeûnons ? »
Jésus leur répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc faire pénitence pendant le temps où l'Époux est avec eux ? Mais un temps viendra où l'Époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront. »

jeune1.jpg 

Dans le Nouveau Testament, Jésus met en lumière la raison profonde du jeûne […]

La pratique du jeûne est très présente dans la première communauté chrétienne (cf. Act 13,3; 14,22; 27,21; 2 Cor 6,5). Les Pères de l’Église aussi parlent de la force du jeûne, capable de mettre un frein au péché, de réprimer les désirs du « vieil homme », et d’ouvrir dans le cœur du croyant le chemin vers Dieu. Le jeûne est en outre une pratique récurrente des saints, qui le recommandent. Saint Pierre Chrysologue écrit : « Le jeûne est l’âme de la prière, la miséricorde est la vie du jeûne. Donc, celui qui prie doit jeûner ; celui qui jeûne doit avoir pitié ; qu’il écoute l’homme qui demande, et qui en demandant souhaite être écouté ; il se fait entendre de Dieu, celui qui ne refuse pas d’entendre lorsqu’on le supplie » (Sermo 43: PL 52, 320. 332).

De nos jours, la pratique du jeûne semble avoir perdu un peu de sa valeur spirituelle et, dans une culture marquée par la recherche du bien-être matériel, elle a plutôt pris la valeur d’une pratique thérapeutique pour le soin du corps. Le jeûne est sans nul doute utile au bien-être physique, mais pour les croyants, il est en premier lieu une « thérapie » pour soigner tout ce qui les empêche de se conformer à la volonté de Dieu. […]

La pratique fidèle du jeûne contribue en outre à l’unification de la personne humaine, corps et âme, en l’aidant à éviter le péché et à croître dans l’intimité du Seigneur. […] Jeûner, c’est mortifier notre égoïsme et ouvrir nos cœurs à l’amour de Dieu et du prochain, premier et suprême commandement de la Loi nouvelle et résumé de tout l’Évangile (cf. Mt 22,34-40) ?

Le jeûne nous aide à prendre conscience de la situation dans laquelle vivent tant de nos frères. Dans sa Première Lettre, saint Jean met en garde : « Si quelqu’un possède des richesses de ce monde et, voyant son frère dans la nécessité, lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeurerait-il en lui ? » (3,17).

Le jeûne a comme ultime finalité d’aider chacun d’entre nous
Que le Carême soit donc mis en valeur dans toutes les familles
et dans toutes les communautés chrétiennes,
pour éloigner de tout ce qui distrait l’esprit
et intensifier ce qui nourrit l’âme
en l’ouvrant à l’amour de Dieu et du prochain !
L’engagement dans la prière avec la Parole de Dieu,
le recours au Sacrement de la Réconciliation
et la participation active à l’Eucharistie,
notamment la Messe dominicale :
sont très importants
qui nous aident à vivre le temps de Carême.

Que la Bienheureuse Vierge Marie,
nous accompagne et nous soutienne
dans nos efforts pour libérer notre cœur de l’esclavage du péché
et pour en faire toujours plus un « tabernacle vivant de Dieu » !

Selon Benoit XVI, http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/messages/lent/documents/hf_ben-xvi_mes_20081211_lent-2009_fr.html

image http://www.journaldumali.com/images/articles/3/1360762179934.jpg