Toute l'existence humaine est animée par ce profond sentiment

Publié le par père Jean-Luc Fabre

jordanie.jpg

Photo :  Marie Akila Derouault
Merci à Marie pour cette belle photo

L'attente joyeuse, caractéristique des jours qui précèdent Noël, est certainement l'attitude fondamentale du chrétien qui désire vivre de façon féconde la rencontre renouvelée avec Celui qui vient habiter parmi nous : Jésus Christ, le Fils de Dieu fait homme. Retrouvons cette disposition du cœur chez ceux qui en premier accueillirent la venue du Messie : Zacharie et Elisabeth, les pasteurs, le peuple simple, et en particulier Marie et Joseph, qui ont vécu personnellement l'impatience, mais surtout la joie devant le mystère de cette naissance, et faisons-la nôtre. Tout l'Ancien Testament constitue une unique grande promesse, qui devait s'accomplir avec la venue d'un sauveur puissant. C'est ce dont témoigne en particulier le livre du prophète Isaïe, qui nous parle des tourments de l'histoire et de toute la création pour une rédemption destinée à redonner de nouvelles énergies et une nouvelle orientation au monde entier. Ainsi, à côté de l'attente des personnages des Ecritures Saintes, notre attente, celle qu'en ces jours nous vivons et celle qui nous maintient éveillés sur tout le chemin de notre vie, trouve également une place et une signification, à travers les siècles. En effet, toute l'existence humaine est animée par ce profond sentiment, par le désir que ce que nous avons entrevu et perçu de plus vrai, de plus beau et de plus grand avec notre esprit et notre cœur, puisse venir à notre rencontre et devant nos yeux devienne concret et nous apporte un réconfort.

Benoît XVI Audience générale du 22 décembre 2010 : Noël est proche !

Publié dans Citations