Noël, temps du pardon ? Comprendre et pardonner

Publié le par Michel D

Texte écrit pour l'anniversaire de mariage de mes parents et prononcé pendant leur messe.

famille-noel

Comme je vois ici beaucoup d'enfants ou d'anciens enfants qui sont devenus parents, ou des parents qui ont peut-être oubliés qu'ils ont été enfants, je profite de l’occasion pour vous faire part d'une "petite" réflexion.
 
Dans Ephésiens (chapitre VI- versets 1 à 6) il est dit : 
"Enfants obéissez à vos parents, selon le Seigneur car cela est juste. 
Honore ton père et ta mère afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. 
Et vous pères, n'irritez pas vos enfants mais élevez-les en les corrigeantet en les instruisant, selon le Seigneur." 
Que d’injonctions ! Je ne vous cacherais pas toutes les difficultés que j'ai eues, enfant, à les vivre, ni toutes celles, plus tard, qui me sont tombées dessus en tant que père. Je suppose que vous aussi, vous les avez ressenties ou vécues. 
A 18 ou 19 ans j'ai lu un jour cette autre phrase : "On ne devient adulte que le jour où l'on a compris ses parents". Je dois vous avouer qu'il m'a fallu plus de 20 ans pour la comprendre et je ne suis pas sûr d'avoir tout compris. 
Cette maxime "On ne devient adulte que le jour où l'on a compris ses parents." 
On peut la juxtaposer au verset "honore ton père et ta mère". 
La première demande de la compréhension et la deuxième de l’obéissance. 
La compréhension c'est la foi et l'obéissance c'est la loi. 
Jésus nous a dit : 
"Je ne suis pas venu pour abolir la loi mais pour l'accomplir" 
Pour moi, c'est en acceptant dans sa vie, donc, en vivant par la foi, que l' on peut abolir la loi et commencer à ne plus subir les injonctions moralisatrices de l' enfance, et, que l' on peut commencer à comprendre ses parents. 
Ainsi, plutôt que de les subir on peut les aimer 
et plutôt que de leur obéir on peut les servir 
En quittant la soumission aux préceptes moraux 
et en les vivant par la foi, donc par l'amour, 
on grandit et on accepte de devenir adulte. 
A partir de ce jour, on commence à cesser de juger les autres, ses parents et soi-même. 
"On ne devient adulte que le jour où l'on a compris ses parents" 
Un jour, l' on comprend que si on a subi beaucoup d' injonctions, c'est que nos parents servaient le précepte biblique de nous instruire en nous corrigeant (et peut être pas toujours devant le Seigneur !) , qu' eux-mêmes le tenaient de leurs parents, qu' eux -mêmes le tenaient de leurs parents et ainsi de suite jusqu'aux premiers parents.
Bien sûr, que l'enfant se construit grâce aux limites 
Mais celles-ci, il a fallu les recevoir. 
On a tous reçu des gifles ou des fessées
On a tous été punis injustement 
On a tous été des innocents humiliés 
On a tous été meurtris dans notre chair et dans notre esprit. 
Aussi peu importe la manière de les recevoir, si l'on cherche l'essentiel. 
L'essentiel est derrière la manière. Au delà des faits et du ressenti. 
L'essentiel : c'est l'amour qui se cache derrière la maladresse des parents, 
derrière leurs erreurs, derrière leurs injonctions. 
L'essentiel, c'est qu'ils aient fait tout leur possible, en fonction de ce qu'ils ont eux-mêmes reçu. 
Et qu'avaient-ils reçu ? 
Peut-on même l'imaginer? 
Et qu'aurions-nous fait à leur place ? ' . 
Nous n'avons donc, pas à juger ! 
Le Christ ne nous a-t-il pas dit : 
"Ils ont beaucoup aimé. Il leur sera beaucoup pardonné". 
"Honore ton père et ta mère afin que tu sois heureux 
et que tu vives longtemps sur la terre". 
Ce n'est pas leur donner carte blanche. 
Ce n'est pas les justifier. 
Ce n'est pas les absoudre. 
C'est simplement reconnaître en eux notre filiation à toute la Création,
Et par la même, c'est nous reconnaître, nous, à notre place,
dans cette Création, et, d'y être bien.
"On ne devient adulte que le jour, où l'on a pardonné à ses parents."
 Je souhaite à chacun de pouvoir vivre un jour cette démarche :
d'abord, en tant qu' enfant de pouvoir pardonner à ses parents
et  que ceux-ci puissent l'entendre.
puis, en tant que parent d'avoir la chance de l'entendre de la bouche de son enfant et que celui-ci puisse le dire.
Michel D. 
photo http://a7.idata.over-blog.com/600x430/0/18/06/77/illustrations/famille-noel.jpg