Notre monde, l'aimer, y être présents

Publié le par Jardinier de Dieu

Dans cet article le P Théobald caractérise la manière jésuite de faire de la théologie, à la suite de l’expérience spirituelle vécue par Ignace de Loyola, dans ce paragraphe, il met en avant ce goût sans cesse renaissant de l’authenticité parmi les membres de notre société. Ceci est en lien avec un rapport renouvelé à la parole, à la recherche de conformité entre ce qui se vit et se dit en chacune de nos existences. Nous pouvons y trouver un large motif d’émerveillement et de louange. Chacun peut, je le pense, trouver par lui-même des exemples en accord avec ce propos. Ensuite le P. Théobald montre comment la forme des écrits d’Ignace nous prédispose à répondre nous aussi d’une manière créative à la situation sociale, selon l’Esprit du Christ.

P. Jean-Luc Fabre

course-d-oie1.JPG 

Mis à l'épreuve par un conformisme généralisé, des individus et des groupes se laissent désencombrer et découvrent ensemble l'élémentaire de la vie. Ils luttent par exemple dans des associations de plus en plus nombreuses contre une logique de pure conformité à des modèles préfabriqués, pour vivre, là où ils sont, une véritable inventivité individuelle et sociale. L'authenticité est alors liée à la concordance entre les paroles et les actes de quelqu'un (ou d'un groupe) qui suscite par sa manière d'être la confiance de son entourage; elle se manifeste en même temps dans sa capacité de s'étonner, en paroles et en actes, devant ce qui est le plus élémentaire dans toute existence humaine: le lien qui la lie à d'autres ou la reconnaissance (comme disait Hegel), c'est-à-dire le fait de pouvoir exister parce qu'on est attendu ou désiré par d'autres et parce qu'on devient en même temps capable d'attendre et de désirer un autre et peut-être beaucoup d'autres. Autant nos sociétés sont marquées par le risque de la mort de l'homme, autant elles sont devenues sensibles aux images d'une vie authentique qui émergent un peu partout, en deçà des frontières traditionnelles, qu'elles soient religieuses ou idéologiques.

 

A cette situation sociale, voilà la capacité de réponse, et donc de présence, de la tradition selon cet auteur...

 

Nous savons que les textes ignatiens [les Exercices Spirituel, les Constitutions de la Compagnie de Jésus, les lettres, le Récit dit du Pèlerin] sont écrits de telle manière que ceux et celles qui se les approprient ne sont pas appelés à reproduire tel ou tel modèle mais invités à entrer dans l'expérience créatrice des fondateurs. Cette créativité proprement théologale, souvent restée enkystée dans la structure sociale et religieuse des «états», est aujourd'hui libérée [...] et peut s'appliquer désormais, non seulement aux itinéraires individuels, mais encore à la formation de multiples styles communautaires. Que l'authenticité unique de la figure de Jésus soit le critère décisif de cette créativité, nous conduit de l'Esprit du conseil, sagesse mystérieusement répandue dans l'humanité, vers la marque spécifique du «style chrétien».

 

 

 

Christoph Théobald Une manière ignatienne de faire de la théologie LA THÉOLOGIE COMME DISCERNEMENT DE LA VIE AUTHENTIQUE NRT 119/3 (1997) p.375-396 http://www.nrt.be/fr/Une-mani%C3%A8re-ignatienne-de-faire-de-la-th%C3%A9ologie.-La-th%C3%A9ologie-comme-discernement-de-la-vie-authentique-article-431

Publié dans Miettes ignaciennes