Par la seule vertu de l’exemple…

Publié le par père Jean-Luc

 

Pour samedi 20/08/2011

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23,1-12.

 

Jésus déclarait à la foule et à ses disciples : « Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse. Pratiquez donc et observez tout ce qu'ils peuvent vous dire. Mais n'agissez pas d'après leurs actes, car ils disent et ne font pas. Ils lient de pesants fardeaux et en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. Ils agissent toujours pour être remarqués des hommes : ils portent sur eux des phylactères très larges et des franges très longues ; ils aiment les places d'honneur dans les repas, les premiers rangs dans les synagogues, les salutations sur les places publiques, ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi. Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n'avez qu'un seul enseignant, et vous êtes tous frères. Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n'avez qu'un seul Père, celui qui est aux cieux. Ne vous faites pas non plus appeler maîtres, car vous n'avez qu'un seul maître, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s'élèvera sera abaissé, qui s'abaissera sera élevé.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

vous-etes-tous-freres.jpg 

Nous sommes proches de l’arrestation du Seigneur, le moment où, dans les derniers moments de liberté, la personne désire communiquer ce qui compte pour elle auprès de ceux qui ont du prix pour elle. Nous éprouvons bien cet enjeu de communication chaque fois que nous relisons des lettres de résistants arrêtés, lettres écrites à la veille de leur exécution avec cette double tension qui consiste à respecter avec délicatesse ceux à qui ils écrivent tout en tentant de dire aussi ce qui les anime en propre.

Ici Jésus parle à ses disciples ainsi que la foule et il dit en fait l’essentiel de son style. La manière d’être envers les autres… envers soi-même aussi. Le goût de la fraternité, aimer l’homme, être fidèle à la vérité, appeler les autres, ne pas contraindre, montrer l’exemple… Il dit aussi l’importance pour chacun d’être en accord en acte et en parole. Il dit qui il est.

Notre vie ne trouve sa véritable consistance que dans la mesure où nous cherchons à réaliser quelque chose en étant à notre juste place. Nous avons, en effet, tous à marquer notre passage par un essai véritable et sincère de réalisation, sinon nous passons à côté de notre vie qui n’aura été que rêvée. Mais cette réalisation se doit d’être infiniment respectueuse des autres. Elle ne doit rien chercher à imposer aux autres, à se pousser. Elle doit être simple et pure réponse à l’appel. Les saints sont ainsi nos guides sur ce chemin, ils n’imposent rien dans leur suite de Jésus-Christ mais il se fait que leurs vies deviennent pour les autres, pour nous, des exemples…

Merci Adrien pour la photo