Pourquoi trouvons-nous la messe ennuyeuse ?

Publié le par ULTD & ltd

repas-couple.jpg

Imaginons un couple d'amoureux qui se donnent toujours rendez-vous à midi pour prendre le déjeuner ensemble dans un restaurant, souvent le même, à mi-chemin entre leurs bureaux respectifs. Ils sont toujours à la même table, dans un coin, pour être tranquilles à se parler. Ils n'ont chacun que deux ou trois plats préférés dans ce restaurant et ne varient donc pas souvent leur menu. Ils se rencontrent tous les jours et pourtant ils ont toujours des choses à se dire. La rencontre est à midi, mais dès onze heures, ils sont déjà impatients, le cœur tout emballé en pensant à l'autre. Cependant, cela fait trois ans qu'ils se voient ainsi. Pourquoi pour eux les choses se répètent et ils ne s'ennuient jamais? La réponse est simple: parce qu'ils s'aiment et continuent toujours à s'émerveiller l'un de l'autre.

À la messe (ou célébration eucharistique, ou Eucharistie), il se passe exactement la même chose entre Dieu et chacun de nous, toutefois, pour un grand nombre d'entre nous, nous nous y ennuyons à tel point que nous ne voulons plus y aller et déclarons que nous croyons bien en Dieu, nous L'aimons bien, mais la messe, non! Quel ennui! À la lumière de l'exemple donné, il est clair qu'en fait nous n'aimons pas Dieu, du moins pas assez pour nous émerveiller de ses paroles et de ses actes exprimant son amour envers nous tout au long de l'Eucharistie. Et tant que nous n'éprouvons pas de l'émerveillement pour notre Père, il est vrai que venir Le rencontrer est ennuyeux. Mais inversement, comment nous émerveiller de Dieu sans Le connaître, et comment Le connaître sans nous donner la peine d'aller Le rencontrer? Cependant, pour Le rencontrer vraiment, il nous faut abandonner l'attitude de venir à la messe comme spectateurs, qui nous amène à exiger que le spectacle, si beau soit-il, doive être varié pour maintenir notre intérêt. Non, nous venons à la messe en tant qu'enfants de Dieu, qui nous invite à un festin de famille. On peut dire que le célébrant est là comme le maître d'hôtel qui veille à l'organisation pour permettre une belle rencontre entre le Père et chacun des enfants. Ils peuvent ainsi mieux connaître l'amour de leur Père, s'en émerveiller et s'attacher plus à lui.

Aussi, pour nous aider, à la manière d'un médecin qui prescrit une ordonnance à ses patients anorexiques, l'Église demande-t-elle aux fidèles de participer à l'Eucharistie au moins une fois par semaine, le dimanche, afin de pouvoir se nourrir de la Parole de Dieu et du Corps et du Sang de son Fils, notre Sauveur. Ils ont ainsi l'occasion non seulement de mieux connaître Dieu mais surtout de recevoir sa vie en eux. C'est une question de vie ou de mort pour nous tous. Et si jamais la raison pour laquelle on ne vient pas à la messe est liée à un mécontentement quelconque de sa paroisse, pourquoi ne pas aller dans une autre paroisse? Car l'essentiel est notre relation personnelle avec Dieu. Permettez-moi cette comparaison quelque peu boiteuse, mais c'est comme si on n'était pas content du service d'un restaurant de son quartier et cherchait un autre qui nous convienne mieux, bien qu'on soit privé de l'ambiance familière et cordiale du quartier. Car quoi qu'il en soit, il faut qu'on se nourrisse d'abord, sinon on mettrait sa vie en danger. Ici, c'est infiniment plus grave, car c'est sa vie éternelle qui serait en jeu.

Photo http://www.magiclub.com/magiclub/visuals/mexique_cabo_san_lucas_hotel_riu_palace_cabo_san_lucas_resto_couple.jpg