Prière d’ouverture du 24e dimanche du temps ordinaire, 11 septembre 2016

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Dimanche 11 septembre 2016
Pour que l'amour soit ressenti ...
Pour que l’amour soit ressenti entre les deux partenaires,
chacun des deux doit faire d’abord, en soi, un pas vers l’autre…

 Rose_a_effeuiller.jpg

Le Seigneur Dieu nous a créés, comme toutes les autres créatures vivantes et cela est un grand, un immense cadeau que déjà[i] Il nous fait à nous les hommes. Mais une plus grande donation encore réside en ce qu’il nous a créés libres. Ce qui veut dire, pour chacun de nous et nous tous ensemble, pouvoir d’une manière ou d’une autre nous déterminer par rapport à nous-mêmes, pouvoir choisir, aller dans un sens ou dans l’autre, sans être seulement mus par l’instinct ou l’intelligence…
Alors pour nous les hommes, la beauté de la Création ne réside plus seulement dans la beauté du déroulement du plan créateur mais dans l’imprévisibilité de ce qui peut se passer entre Dieu et nous… L’enjeu pour le Créateur et ses créatures libres est d’être unis grâce à la relation qui s’établit entre eux… à la communication qui pourra joindre ceux qui deviennent partenaires.  L’enjeu est de voir comment les partenaires peuvent se rapprocher l’un de l’autre…
Ce détour où nous avons considéré les implications de la création d’êtres libres nous aide à saisir la dynamique de la prière d’ouverture de ce dimanche. Il est normal que nous demandions à Celui qui est « Créateur et maître de toutes choses » de nous « regarder », d’établir ainsi une première base de communication entre Lui et nous… C’est le pas que nous lui demandons… Qu’Il nous regarde avec amour…
Et nous quel pas devons-nous faire ? Il s’agit d’assurer la base de la relation de notre côté. Cette base, elle passe par le fait d’être avec Lui dans notre action, le lieu de notre expression, de notre existence. Cela veut dire Le servir, c’est-à-dire agir en relation avec Lui quoique nous fassions. Ce service demande l’offrande de notre être le plus profond, notre « cœur », et d’une manière radicale « sans partage ».
Les deux partenaires ont chacun fait un chemin personnel vers l’autre, Lui, Dieu par Lui-même, nous avec son aide. Dès lors, la communication peut prendre une nouvelle consistance, l’amour peut être échangé et ainsi ressenti entre Lui et nous…
Oraison : Dieu créateur et maître de toutes choses, regarde-nous, et pour que nous ressentions l'effet de ton amour, accorde-nous de te servir avec un coeur sans partage.

 Nota bene 1 Lorsque je dis « Lui », je pourrais dire « Eux »... Je puis considérer le Père ou la Trinité.

Nota bene 2 Une belle chanson « je veux de la marmaille de toi »[ii] dit quelque chose de cette logique. Elle manifeste ce que peut être une vie qui est saisie par l’amour : l’ordinaire devient alors le lieu privilégié de l’expression de cet amour et devient enchanté…

 

[i] Une video pour admirer la Création sans liberté… voir combien elle est magnifique, nous pouvons alors comprendre combien une Création libre est encore plus belle même si elle visite forcément le tragique de libertés qui s’opposent et risquent de se perdre. http://www.youtube.com/watch?v=xHkq1edcbk4

Publié dans oraison