Prière d’ouverture du 11e dimanche du temps ordinaire, 12 juin 2016

Publié le par père Jean-Luc Fabre

11e dimanche du temps ordinaire, année C

Dieu tout-puissant, force de ceux qui espèrent en toi, sois favorable à nos appels : puisque l'homme est fragile et que sans toi il ne peut rien, donne-nous toujours le secours de ta grâce ; ainsi nous pourrons, en observant tes commandements, vouloir et agir de manière à répondre à ton amour.

 

Pour qu’avec tes saints je Te loue
Saint Ignace de Loyola

 rose1-copie-1.jpg

A Toi, notre pauvre louange…

Comme à chaque fois, dans la prière d’ouverture, une ligne de force se dessine en premier pour assurer la dynamique de la demande. Prenons le temps de la peser, pour aller ensuite vers ce que l’Eglise nous propose de demander au Seigneur, pour notre bien à tous.
L’espérance, elle concerne notre cœur, la dimension de notre devenir comme être. Elle est, pour le coup, essentielle. Et, dès lors, nous pouvons comprendre qu’elle soit aussi le lieu de l’accroche de la vertu de force, vertu qui nous aide à entrer dans l’action. La question jaillit dès lors de cet appui : une force dans quelle intention, dans la perspective de quelle action ?… Vers quel enchainement cette demande nous entraine-t-elle ?
Mais, allant plus loin dans la prière, nous trouvons d’abord la confirmation, a contrario, de la demande qui s’annonce. Nous sommes des êtres fragiles (c’est-à-dire « non forts »), nous ne pouvons pas… sans cette enveloppe qui nous guide, nous fortifie. Nous demeurons incapables d’action, de réalisation. Nos tentatives ne débouchent pas…

grimper-montagne.jpg

Et là, la merveille de la demande surgit. Elle est reconnaissance de la complexité de notre être. Ce que nous demandons, c’est que la force de Dieu vienne doucement et respectueusement accompagner toutes les dimensions de notre être. La grâce vient toucher notre intelligence pour que nous comprenions ce qui nous est demandé à travers les commandements, que notre volonté ensuite soit mise en mouvement de telle manière que le cœur mis en mouvement en premier soit susceptible de répondre à ce qu’il avait perçu comme appel surgissant du cœur de Dieu. La force vient habiter en nous, et comme nous constituer de l’intérieur.
Dans ce mouvement, à partir de la pauvre espérance de notre cœur, espérance qui nous donne de percevoir l’Autre, de nous ouvrir à Lui, nous nous rassemblons, nous prenons consistance, nous signifions la profondeur de notre écoute, nous devenons capables d’action, nous pouvons en témoigner. Et, à travers ce mouvement, le bien se diffuse comme par lui-même, l’amour prend chair dans l’humanité, se diffuse à bien d’autres...
Oui Seigneur, nous faisons notre cette demande que nous T’adressons, avec un cœur plein d’espérance. Nous nous donnons à toi en acte, en un acte qui nous constitue, à toi notre louange, notre seule et pauvre louange...
 
Dieu tout-puissant, force de ceux qui espèrent en toi, sois favorable à nos appels : puisque l'homme est fragile et que sans toi il ne peut rien, donne-nous toujours le secours de ta grâce ; ainsi nous pourrons, en observant tes commandements, vouloir et agir de manière à répondre à ton amour.

père Jean-Luc Fabre

merci aux auteurs des photos

Publié dans oraison