Prière d’ouverture 2e dimanche de l'Avent

Publié le par père Jean-Luc Fabre

Seigneur, tourne notre cœur vers Toi !
Oraison : Seigneur tout-puissant et miséricordieux, ne laisse pas le souci de nos tâches présentes entraver notre marche à la rencontre de ton Fils ; mais éveille en nous cette intelligence du cœur qui nous prépare à l'accueillir et nous fait entrer dans sa propre vie

jeter-le-filet.jpg

Nous sommes en chemin depuis le début de l’Avent. Comme nous l’avons demandé à la prière d’ouverture de la semaine dernière, nous cherchons à vivre selon la justice, pour aller à la rencontre du Christ. Mais dès lors que nous manifestons une intention, dès lors que nous nous mettons en route, surgissent les obstacles, les oppositions, les craintes… Et ce qui vient en premier, pour chacun, c’est le souci de nos tâches présentes. Remarquons que le mot « souci » peut aussi bien signifier le prendre soin de la tâche bien faite, que la préoccupation qui obscurcit le champ de conscience…

Alors, dans cette situation, à ce moment de notre route vers Noël, nous nous tournons vers le Seigneur. En cette situation nous lui demandons son aide, pour quoi ? Pour ce pour quoi nous nous sommes mis en chemin, la « rencontre de ton Fils ». Ce Fils qui vient à nous et dont la venue motive notre propre mise en mouvement, comme cela sera le cas pour les bergers et les mages dans quelques semaines… Nous savons que le temps, le temps de la gestation avance, que ce que nous ne faisons pas aujourd’hui pénalisera demain… Aussi nous nous adressons au Seigneur pour qu’il nous aide en nous suscitant. Mais à quel niveau faut-il que nous soyons suscités pour avancer vraiment ? Dans la partie la plus profonde mais qui est celle qui nous met le plus en contact avec notre situation : le cœur.

Le cœur est ce qui constitue l’enveloppe la plus extérieure de nous-mêmes, celle par laquelle nous sommes touchés… C’est le cœur qui nous met en relation. Dans cette relation ainsi établie entre l’autre et nous, notre tête puis notre corps, tous les deux, pourront trouver leur place, jouer leur partition propre et donner que nous soyons pleinement en relation… Un cœur éveillé trouve moyen de se situer, d’aller plus avant, il met tout l’être en mouvement, nous savons bien ce qu’un émoi peut produire en soi.

Que le Seigneur rende notre cœur éveillé, en recherche, en travail de lien pour Lui… Que nous nous tournions vers le Seigneur, vers ce qu’il a manifesté de lui-même et que nous puissions nous le faire nôtre dans les jours qui viennent… Notre cœur mis en éveil, c’est tout notre être qui se tournera vers Celui qui ne cesse de venir !

père Jean-Luc Fabre

Seigneur tout-puissant et miséricordieux, ne laisse pas le souci de nos tâches présentes entraver notre marche à la rencontre de ton Fils ; mais éveille en nous cette intelligence du cœur qui nous prépare à l'accueillir et nous fait entrer dans sa propre vie

photo http://www.josephbonespoir.org/local/cache-vignettes/L200xH132/arton349-6b14e.jpg

Publié dans oraison