Prière d’ouverture du premier dimanche du Carême

Publié le par père Jean-Luc Fabre

1er dimanche du Carême

Accorde-nous, Dieu tout-puissant, tout au long de ce Carême, de progresser dans la connaissance de Jésus Christ et de nous ouvrir à sa lumière par une vie de plus en plus fidèle. Lui qui règne.

 Qu’attendre du Carême pour nous ?

Nous sommes dans le Carême, nous sommes partis, nous avons quitté notre traintrain quotidien. Et dans cette prière d’ouverture du premier dimanche de Carême, la visée de ce temps nous est clairement énoncée. Un objectif qui s’inscrit dans une histoire puisqu’il est question de progrès, de « plus en plus » aussi… Une durée aussi est considérée « tout au long »…

 christ-en-majeste.jpg

Ce visage aimé qui va se dessiner en moi ...

Alors quel est le progrès visé, qui doit se construire, s’obtenir jour après jour… La connaissance de Jésus Christ. Voilà ce que notre Eglise nous propose en ces temps. Saint Ignace au numéro 104 des Exercices Spirituels, au début de la deuxième semaine parle aussi de cette connaissance : « Le troisième préambule. Demander ce que je désire : ce sera ici, demander une connaissance intérieure du Seigneur, qui pour moi s’est fait homme, afin que je l’aime et le suive davantage », préambule de la contemplation de l’Incarnation.

 

Cette demande est essentielle. Nous sommes Chrétiens à la mesure de la connaissance que nous avons de Notre Seigneur Jésus Christ. Cette connaissance multiforme est un travail et aussi un don, un travail car nous devons nous disposer, un don car la connaissance est une communication de Lui à nous, d’autant plus que la connaissance devient intérieure.

 

En quoi consiste le fait d’accéder à une connaissance intérieure… Peut-être pouvons-nous le comprendre à partir d’autres champs de la connaissance en nous… celui de l’artisanat, celui de l’art notamment… ! Il suffit d’interroger des personnes qui depuis longtemps pratiquent un art ou un métier, elles diront qu’un jour elles ont pris les choses autrement, elles ne faisaient plus selon les règles, les principes extérieurs mais à partir de l’interaction avec l’objet… Cela est vrai aussi bien des coiffeurs qui s’adaptent avec bonheur aux diverses formes de tête qu’aux peintres qui se laissent capter par leur sujet…

 

Nous aussi chrétiens, nous marchons vers ce progrès de la connaissance de Notre Seigneur, qui consiste en ce que Notre Seigneur anime de plus en plus notre manière de le connaître, d’être avec Lui… C’est bien cela notre marche, marche délicatement ordonnée tout au long de ce temps liturgique par notre Sainte Mère l’Eglise qui veut la pleine liberté filiale en nous.

 

Cette marche, elle est aussi confortée par tout ce qui dans nos vies nous dispose à recevoir la vie, la manière de vivre du Seigneur. Lorsque nous avons perçu tel aspect, telle manière du Seigneur ayons à cœur de Lui demander la grâce de les mettre en pratique, de nous conformer à ce style…

 

Par là aussi, nous cheminons sur le chemin de sa connaissance. Le cas extrême posé au tout début de la vie de l’Eglise, ce corps du Christ étendu dans l’histoire humaine des siècles, est bien le martyre de Saint Etienne. Vivant la Passion du Christ, il accède aux sentiments intérieurs du Christ, en demandant le pardon pour ses bourreaux.

 

Bonne route à chacun !

 

Oui Seigneur nous t’offrons ce temps que tu nous donnes, accorde nous cette grâce :

 

Accorde-nous, Dieu tout-puissant, tout au long de ce Carême, de progresser dans la connaissance de Jésus Christ et de nous ouvrir à sa lumière par une vie de plus en plus fidèle. Lui qui règne.

père Jean-Luc Fabre

image http://elizabethpardon.hautetfort.com/media/01/00/177989925.jpg

Publié dans oraison