Prière d’ouverture du quatrième dimanche de l’Avent

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

Un « oui » divin qui entraine tous les « oui » de l’humanité…

Seigneur, tu as voulu que ton Verbe prit chair dans le sein de la Vierge Marie ; puisque nous reconnaissons en lui notre Rédempteur, à la fois homme et Dieu, accorde-nous d'être participant de sa nature divine. Lui qui règne pour les siècles des siècles. 

 priere-ouverture-4e-dim-avent.jpg

La prière d’ouverture du quatrième dimanche de l’Avent[i] nous donne comme un condensé du mouvement même de la foi, en commençant par l’acte gratuit de Dieu qui se révèle, puis la réception de l’homme et enfin la demande, que nous formulons pour croître… … 

En ce moment décisif de la révélation de Dieu et de son projet, à l’approche de la Nativité, ce qui a germé en Marie depuis le dialogue entre elle et l’Ange va prendre visage et forme. Ce surgissement, cette naissance, vont nous parler profondément. Dieu s’adresse à nous en devenant homme, et plus que cela, en devenant un homme parmi les autres hommes. Il manifeste l’abandon qu’il fait de lui-même, de la remise de soi qu’il opère, de la grande confiance qu’il fait aussi à l’humanité, qu’il fait aussi à chacun de nous… Une confiance qui sera payée de retour, qui est payé de retour… 

Oui, malgré tout, les refus, les abandons, les trahisons, les violences… Notre Seigneur sera accueilli, reçu, aimé, suivi, servi, aidé… Déjà, par Marie, l’humanité lui dit « oui »… Un « Oui », que cet abandon de lui-même, nous donne de pouvoir pleinement espérer pouvoir dire en nous-mêmes. Dieu, en son Fils, nous dit, nous signifie, nous ratifie, de tout son être, que nous sommes capables, avec Lui, par Lui, en Lui de répondre… Il est notre rédempteur, celui qui peut nous conduire à la Vie véritable, avec la personne que nous sommes, avec notre histoire et ses vicissitudes… 

Merveille de ce don qui nous est fait et qui nous rend capable à notre tour de nous donner… Merveille qui nous appelle à croire encore plus, à oser demander, formuler ce qui est au fond du cœur de chacun, qui semble aller au-delà de ce que nous pouvons mais que notre Dieu nous dit possible, en prenant visage parmi nous : Le voir, être pleinement avec Lui, être participant de sa nature divine… 

Dans cette période de l’Avent qui se termine, redisons cette prière qui termine normalement nos prières de l’Angélus, recevons la promesse qui porte ces simples mots… Laissons le aussi germer en nous ! 

Seigneur, tu as voulu que ton Verbe prit chair dans le sein de la Vierge Marie ; puisque nous reconnaissons en lui notre Rédempteur, à la fois homme et Dieu, accorde-nous d'être participant de sa nature divine. Lui qui règne pour les siècles des siècles. 

 

[i] Cette prière n’est dite que si ce quatrième dimanche tombe assez loin de Noël, sinon l’oraison lue est celle du jour avant Noël, pour nous cette année, le 22 décembre, c’est le cas…

Publié dans oraison