Prière d'ouverture du jour de Noël

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

De tout notre être, nous allons à Toi, toi qui envoies ton Fils bien aimé ! Nous y allons en Lui ! Alléluia !

Noël est un grand mystère… Aussi, l’Eglise nous propose deux oraisons en ce jour. Une plus réflexive, une autre plus sensible… Indication précieuse de l’être étrange, composite, que nous sommes… Nous demandons à Dieu selon la part du mystère qui s’offre à nous, et selon que nous sommes touchés aussi par notre intelligence ou notre volonté, [la volonté pouvant s’entendre comme ce par quoi nous avons la capacité d’être affecté]. Selon les personnes, une entrée ou l’autre sera première, mais nous sommes bien tous appelés à aller à Dieu avec l’ensemble de nous-mêmes unifié par le mouvement même d’aller vers Dieu : intelligence, volonté et cœur… Celui qui est devenu chair nous ouvre le chemin de ses petits bras… N’ayons de cesse de Le suivre.

Père, toi qui as merveilleusement créé l'homme et plus encore rétabli sa dignité, fais-nous participer à la divinité de ton Fils, puisqu'il a voulu prendre notre humanité. 

Nous considérons, là, le grand projet de Dieu, sa création, et la manière dont il œuvre pour notre rédemption, qui se révèle, au bout du compte, non pas retour à l’état initial de créature en relation amicale avec Dieu mais participation à la divinité de son Fils. Ce qui rend tout cela possible, c’est l’Incarnation du Fils, la venue en notre chair, la venue en notre humanité telle qu’elle est et qu’il va transformer de l’intérieur par le mouvement même de sa filiation, humaine et divine, tout au long de sa vie terrestre. Et nous sommes touchés par le fait que le Seigneur Dieu nous rétablit dans notre dignité… Il nous rend partenaires éternels des personnes de la Trinité… Nous ne pouvons que l’adorer, lui parler avec respect, gratitude et reconnaissance. Oh oui Père nous pouvons Te le redire…

Père, toi qui as merveilleusement créé l'homme et plus encore rétabli sa dignité, fais-nous participer à la divinité de ton Fils, puisqu'il a voulu prendre notre humanité.

Mais tout ne s’arrête pas là, tout ne commence pas là… Ce que nous avons pu Te dire, c’est qu’auparavant nous avons éprouvé en notre être une lumière nouvelle qui nous dirige en prenant place en notre intime, notre cœur, pour peu à peu irradier en tout notre être et le rendre capable d’être purement au service et à la louange de Ta Gloire. Oui, Père, n’arrête pas l’œuvre de Ton salut. Fais que nos vies soient animées par la vie de ton Fils. Fasse que tu puisses reconnaître en nous, les gestes, les attitudes que poserait ton Verbe fait chair… Nous nous offrons à toi et nous te disons :

Dieu tout-puissant, en ton Verbe fait chair une lumière nouvelle nous envahit : puisqu'elle éclaire déjà nos cœurs par la foi, fais qu'elle resplendisse dans notre vie.

Et nous contemplons aussi l’œuvre de ton Salut :

Père, toi qui as merveilleusement créé l'homme et plus encore rétabli sa dignité, fais-nous participer à la divinité de ton Fils, puisqu'il a voulu prendre notre humanité.

père Jean-Luc Fabre

photo https://pixabay.com/static/uploads/photo/2012/02/24/17/13/church-16783_960_720.jpg

Publié dans oraison