Quand Dieu jette son manteau sur quelqu'un

Publié le par Aumonerie de Purpan (jardinier de Dieu)

 rose-jaune-pale.JPG

Premier livre des Rois 19,16.19-21.
Puis tu consacreras Jéhu, fils de Namsi, comme roi d'Israël ; et tu consacreras Élisée, fils de Shafate, comme prophète pour te succéder. »
Élie s'en alla. Il trouva Élisée, fils de Shafate, en train de labourer. Il avait à labourer douze arpents, et il en était au douzième. Élie passa près de lui et jeta vers lui son manteau.
Alors Élisée quitta ses bœufs, courut derrière Élie, et lui dit : « Laisse-moi embrasser mon père et ma mère, puis je te suivrai. » Élie répondit : « Va-t'en, retourne là-bas ! Je n'ai rien fait. »
Alors Élisée s'en retourna ; mais il prit la paire de bœufs pour les immoler, les fit cuire avec le bois de l'attelage, et les donna à manger aux gens. Puis il se leva, partit à la suite d'Élie et se mit à son service.

Luc 9, 57-62

En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. »
Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l'homme n'a pas d'endroit où reposer la tête. »
Il dit à un autre : « Suis-moi. » L'homme répondit : « Permets-moi d'aller d'abord enterrer mon père. »
Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, va annoncer le règne de Dieu. »
Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d'abord faire mes adieux aux gens de ma maison. »
Jésus lui répondit : « Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n'est pas fait pour le royaume de Dieu. »

 

  Ces trois brèves scènes, et particulièrement la dernière, sont à mettre bien évidemment en rapport avec l’appel d’Elisée par Elie, ce qu’a d’ailleurs fait le Lectionnaire en nous le proposant en première lecture. Elisée a hésité … Elie lui fait comprendre que c’était à prendre ou à laisser. Elisée a pris : du coup, il a non seulement quitté père et mère, mais il a sacrifié son outil de travail. Il a vraiment « coupé les ponts »

Il ne faudrait pas croire que tous ces messages fort colorés ne s’adressent qu’à quelques-uns d’entre nous, que le Seigneur appelle à la vie consacrée ou au ministère presbytéral. Certes, les circonstances, les appels, les conséquences ne sont pas exactement pour tous. Mais derrière les différences, il y a, pour tous, l’appel radical du baptême et de la confirmation. Dieu et son Royaume d’amour fraternel concret doivent être absolument premiers dans toute vie qui se réclame du Christ. …

 

Jean MANSIR, 2000.
Au souffle de la Parole : méditations pour les dimanches et fêtes de l’année ; année liturgique C
Ed. Mediaspaul, Paris, p.147

 

Publié dans A lire