Scènes du métro : que Dieu bénisse les familles des parents adoptifs !

Publié le par Marceline

adoption-enfant.jpg

Très récemment dans le métro de Toulouse, j’ai assisté à une scène « made in africa ».

En effet, par un bel après-midi du mois d’ Août, je me suis retrouvée dans la ligne A du métro de Toulouse (direction Basso Cambo), où j’ai croisé des familles africaines créant une ambiance venue tout droit du Mali. Les femmes  portaient de grands boubous chatoyants. Leurs coiffes très édifiées ressemblaient à « des châteaux forts ». Les enfants étaient endimanchés. Ils se rendaient sans doute à un mariage ou une fête de circoncision d’un petit. Ils étaient magnifiques. Les femmes parlaient à haute voix, riaient de bon cœur, s’interpellaient. On se serait cru dans un taxi brousse en Afrique, sauf qu’en réalité, nous étions dans le métro de Toulouse, où dans cette rame les bancs de 3 places se font vis-à-vis. Deux de trois femmes occupaient un banc avec des enfants plus petits, et un couple de blancs avec un petit garçon noir occupaient un autre banc. 

A une station (Patte d’oie), deux femmes sont descendues, suivies d’au moins 7 enfants (allant de 2 ans à 8 ans). Une autre femme, qui animait la conversation en langue bambara, est restée dans la rame. Elle a remarqué alors un petit noir assis tranquillement sur le banc. Elle s’est mise à crier aux femmes qu’elles ont oublié un enfant. Les femmes surprises, ont compté les enfants. Leurs visages exprimaient l’étonnement, car tous étaient présents.

La femme dans la rame, voyant les secondes se défiler, et croyant bien faire, a empoigné le petit garçon pour « l’expédier » à ses mamans.

D’un bond, la dame blanche s’est levée et a saisi l’enfant au vol en disant : « celui-ci est le nôtre ». Elle a ramené l’enfant à sa place. Ce petit garçon très inquiet, s’est adossé contre sa maman. 

La femme africaine est restée figée sur place, un peu hébétée. Ses yeux allaient du petit noir aux enfants de l’extérieur. Elle ne comprenait rien, comme tout le monde dans la rame.

Finalement, la femme a réalisé que le petit pouvait être l’enfant adoptif du couple. Elle s’est excusée en disant qu’elle croyait sincèrement qu’il faisait partie du groupe d’enfants, vu la ressemblance avec les autres.

Cet enfant semble heureux et bien élevé dans une autre culture qui n’est pas la sienne.  Du coup, j’admire le courage et l’audace des parents adoptifs. Ils ne craignent pas les difficultés qui les attendent …  Ils sont prêts à donner leur amour,  et tout ce qu’ils ont pour permettre à ces enfants (abandonnés pour diverses raisons) d’être mieux armés pour la vie. Je remercie de tout cœur les parents adoptifs. Ce sont eux  qui donnent la possibilité à beaucoup d’enfants de découvrir l’amour du père  et de la mère, et aussi permettent à ceux qui n’ont pas pu assumer leur rôle à refaire une autre vie.

Que Dieu bénisse les familles des parents adoptifs !

Source http://www.pratique.fr/sites/default/files/articles/adoption-enfant_0.jpg

Publié dans Notes de vécu