1Cor 7, 32-35 Soyez attachés au Seigneur sans partage

Publié le par père Jean-luc Fabre

A une même demande, bien des réponses sont envisageables...

 

Je te cherche en toute chose, ô mon Dieu
Je sais que tu n’es rien de ce qui est ;
Mais tout ce qui est me parle de toi.
P. Didier Rimaud sj
Je te cherche en toute chose
A force de colombe chants et poème
Cerf Paris 1994 p. 32

Inventer une vie ! Expérience que chacun fait. Expérience qu’a vécue, en grandeur nature, Paul avec les premiers chrétiens. L’invention pour une personne se trouve toujours à la rencontre de son appel propre et de son histoire, de sa culture...

 

Dans cette nouveauté à inventer, devenir chrétien, Paul parle au nom de ce qui travaille en lui, il s’adresse respectueusement à ses frères sous la forme du souhait...

 

Il éprouve combien le souci peut entraver l’homme en son devenir, il propose, propose seulement, un chemin radical : quitter, quitter toute attache...

Bien des chrétiens feront de même, après l’époque du martyre, dans la tradition religieuse notamment, tradition qui ne cessera d’ailleurs de tendre à une vie de plus en plus proche de la vie commune...

Pourquoi cela ? Parce que la radicalité ne se trouve pas dans ce que nous faisons mais dans la manière de le faire... une dimension plus intérieure mais qui est aidé par les considérations extérieures...

Quitter le monde, il faut aussi vivre cette rupture dans le monastère, car le monde est dans la manière d’être. Trouver la présence de Dieu, cela se fait aussi dans la rumeur de la ville, la chaleur d’un foyer... car la capacité de contemplation est dans la manière d’être...

Puissions-nous continuer, qui que nous soyons et dans quel qu’état que nous soyons, à laisser travailler en chacun de nous le mystère de l’homme, pour être en habit de veilleur lorsque le Seigneur viendra...

Père Jean-Luc Fabre

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 7,32-35.

J'aimerais vous voir libres de tout souci. Celui qui n'est pas marié a le souci des affaires du Seigneur, il cherche comment plaire au Seigneur. Celui qui est marié a le souci des affaires de cette vie, il cherche comment plaire à sa femme, et il se trouve divisé. La femme sans mari, ou celle qui reste vierge, a le souci des affaires du Seigneur ; elle veut lui consacrer son corps et son esprit. Celle qui est mariée a le souci des affaires de cette vie, elle cherche comment plaire à son mari. En disant cela, c'est votre intérêt à vous que je cherche ; je ne veux pas vous prendre au piège, mais vous proposer ce qui est bien, pour que vous soyez attachés au Seigneur sans partage.
photo 1 http://www.saintbioz.fr/?attachment_id=1558
Arcabas résurrection Les œuvres d'Arcabas en l'église de Saint-Hugues-de-Chartreuse http://www.alain-gagne.fr/Voyages/Arcabas/