Suivre par appel et reconnaissance le Christ Jésus

Publié le par père Jean-Luc

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 8,1-3.

Jésus passait à travers villes et villages, proclamant la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l'accompagnaient, ainsi que des femmes qu'il avait délivrées d'esprits mauvais et guéries de leurs maladies : Marie, appelée Madeleine (qui avait été libérée de sept démons), Jeanne, femme de Kouza, l'intendant d'Hérode, Suzanne, et beaucoup d'autres, qui les aidaient de leurs ressources.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

bong1.jpgDans ce paragraphe, Luc donne un aperçu de l’avancée de la révélation de la bonne nouvelle. Rien de surprenant à ce que Jésus passe de ville en ville pour annoncer la bonne nouvelle et qu’il soit suivi des Douze. Cela fait partie de la base de l’histoire. En revanche, le fait qu’il soit aussi suivi par des femmes fait nouveauté, une nouveauté significative, d’autant plus qu’elles ont nom et visage. Cette nouveauté est le fruit des annonces et des interactions précédentes vécues entre Jésus et ces femmes. Leur suite vient de qu’elles ont été délivrées. En revanche, leur suite libre et non demandée signe une reconnaissance profonde de leur part.

Il y a là pour tous ceux qui vont suivre Jésus, au cours des siècles, un profond enseignement. Il ne s’agit pas de suivre de l’extérieur pour agir seulement, pour exercer un pouvoir, il s’agit de suivre par reconnaissance. Ceci présuppose d’avoir vécu avec le Seigneur une interaction intime, d’en avoir pesé le don offert. Peu à peu, les Douze suivront Jésus non seulement parce qu’ils y ont été appelés mais parce qu’ils auront noué avec le Seigneur un lien intime à partir de leur propre pauvreté. Pensons à Pierre, le prince des apôtres, et à son basculement au moment de la Passion du Seigneur. C’est cette suite en pauvreté et reconnaissance qui transmet la bonne nouvelle du salut, qui nous rend crédibles auprès des autres nos semblables dans le service, nous rend respectueux d’eux et du Seigneur, libère en nous la parole de louange. Nous ne pouvons véritablement suivre le Christ que comme pécheurs pardonnés, souffrants guéris… Offrons-Lui nos humanités en confiance.