Hébreux 5, 7-9 Tout fils qu'il était

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

2ème lecture de la messe du 5e dimanche du temps de Carême

« Puisque le même était tout entier Dieu avec l’humanité et tout entier homme avec la divinité, comme homme, en lui-même et par lui-même, il a soumis sa volonté humaine à Dieu le Père, en se donnant lui-même comme exemplaire excellent et modèle à imiter, afin que nous aussi, le considérant comme le chef de notre salut, nous soumettions de plein gré notre volonté à Dieu, en ne voulant plus que ce qu’il veut lui-même »

Maxime le Confesseur

cité par F.M. LÉTHEL, Théologie de l’agonie du Christ. La liberté humaine du fils de Dieu et son importance sotériologique mises en lumière par Saint Maxime Confesseur, Beauchesne, Paris, 1979. p. 123, §2

Un des plus beaux, des plus profonds passages du Nouveau Testament qui formalise la foi de l’Eglise sur la manière dont s’est opéré, s’opère notre salut. La personne du Christ a toujours paru mystérieuse aux hommes... Qui était-il ? Qui est-il ?...

Ce passage de l’Ecriture nous dit ce que nous pouvons contempler dans le Christ, cette oscillation de la volonté humaine du Christ qui connaît l’effroi de la mort et s’y refuse mais accepte de consentir filialement à la demande de son Père. Le salut nous vient de cette nature humaine, pleinement humaine, habitée par la personne du Verbe, un de la Trinité.

Cette première enveloppe contient [maintient] notre nature humaine pour lui donner de se tourner de nouveau vers le Mystère de Dieu, chaque communion au Corps du Christ nous inscrit dans cette dynamique, dynamique qui est celle-là même du Mystère Trinitaire...

C’est en ce lieu que nous revivons, c’est en ce lieu que nous vient la Vie, vie filiale, vie divine... Lieu où se manifestent la Bonté du Dieu Trinitaire, l’Obéissance du Fils, la Dignité de l’Homme, l’Appel à la fraternité pour tous... Le lieu de notre naissance véritable ! Allons à lui !

Père Jean-Luc Fabre

-jesus-pray.jpg

Lettre aux Hébreux 5,7-9.

Le Christ,
pendant les jours de sa vie mortelle,
a présenté,
avec un grand cri et dans les larmes,
sa prière et sa supplication à Dieu
qui pouvait le sauver de la mort;
et,
parce qu’il s’est soumis en tout,
il a été exaucé.
 
Bien qu'il soit le Fils,
il a pourtant appris l'obéissance
par les souffrances de sa Passion ;
et,
ainsi conduit à sa perfection,
il est devenu pour tous ceux
qui lui obéissent la cause du salut éternel.

PRIERE UNIVERSELLE

photo http://www.zupa.pregrada.hr/foto/-jesus-pray.jpg