Messe du dimanche de la très Sainte-Trinité

Publié le par Père Olivier de Framond

Messe de Sainte-Trinité

Livre des Proverbes 8,22-31.
Psaume 8,4-5.6-7.8-9.
Romains 5,1-5.
Jean 16,12-15.
***
« Vous ne pouvez pas encore les porter, mais quand il viendra, l’Esprit de vérité », alors oui ! Que peuvent être ces choses que je ne peux porter pour le moment ? Il dit en avoir beaucoup à me passer, et ça ne l’affole pas que je ne puisse pas les porter ! Mystère de la Trinité !
Porter. On porte un poids, des courses ; on porte la vie, un enfant. « Porter un enfant au monde », c’est une session de notre Maison (²). L’animatrice disait qu’il y a 4 temps : celui du désir – avant la conception –, celui de la grossesse, celui la naissance, celui de l’ouverture au monde – quittant l’enveloppe maternelle –. L’évangéliste se situe au 1er temps, « quand viendra l’Esprit », le temps du désir, attente en moi du moment où je porterai la vie. Pour un couple, ce temps peut être court ; parfois il n’en finit pas et c’est une épreuve : l’enfant ne vient pas, suis-je stérile, inapte à donner de la vie dans notre couple ; une désolation nous guette. Jésus et l’évangéliste font confiance, les 3 autres temps viendront : porter la vie, enfanter, une vie qui s’ouvre au monde ! Jésus naît, vit notre condition humaine, sort vers le monde, un entourage, un métier, une terre à enseigner et servir…
Alors, « ces choses » que nous ne pouvons porter, qu’est-ce ? C’est le temps du Désir, je n’en suis pas maître. J’ai peut-être à lâcher des attaches enfouies : peut-être veux-je « trop » cet enfant, peut-être je retiens trop cette eau qui coule en moi ? Jésus n’a pas retenu le rang qui l’égalait à Dieu, le Père prodigue a laissé partir son enfant. Le temps du désir, c’est celui du Deuil. L’Esprit viendra après, qui donnera à l’homme de porter la vie. Jésus déliait la parole, le regard, les pas de la Samaritaine, du lépreux, et bien d’autres. Seigneur, qu’aurais-je à lâcher, pour que coule l’Esprit ? …
La Samaritaine a lâché sa cruche. Elle a mis le temps et a vu l’eau vive qui coulait et qu’elle ne voyait pas, centrée sur sa cruche et sa corvée. La terre était prête. Elle a porté la vie, elle a enfanté tous les gens de sa ville, Eglise de Jésus. La Trinité à l’œuvre fait naître une Eglise. La détresse se change en persévérance, la persévérance, en vertu éprouvée, la vertu éprouvée, en espérance, et l’espérance ne trompe pas ! La Sagesse était là, cette amie intérieure qui grandit aux côtés du Créateur… Voici le temps du long désir, où l’homme apprend son indigence, chemin creusé pour accueillir celui qui vient combler les pauvres (chant de Tamié) …
Père Olivier de Framond
image
https://www.mireilleetdenis.com/medias/ecard/sainte-trinite-d-apres-roublev.jpg
_______________________________
(²) "Porter un enfant au monde" c'est le titre d'une session-retraite qui a eu lieu Du jeudi 7 avril (10h)  au vendredi 8 avril 2016 (17h) au centre spirituel "Le Châtelard" à Lyon.

Publié dans 2016 framond