9 Août - Ste Thérèse-Bénédicte de la Croix – vie embrasée par le feu de l’amour de Dieu

Publié le par Jardinier de Dieu

Edith Stein ou sœur Thérèse-Bénédicte de la Croix  est née  le 12 octobre 1891 à Breslau, en Allemagne, au sein d’une famille juive de onze enfants. Un enfant très sensible, assoiffée de savoir. Elle s'est déclarée athée lors de sa crise adolescente. Grâce à sa mère, Edith a pu faire des études universitaires. Etant philosophe, elle a obtenu un poste à l’université. Mais une aspiration profonde en elle lui a fait quitter celui-ci. Durant l’été 1921, en lisant l'autobiographie de Ste Thérèse d’Avila, Edith a découvert  une vérité qu'elle n'a cessé de  rechercher, qui porte un visage et un nom. C’est Jésus-Christ. Après 8 ans comme agnostique, Edith  a été  baptisée le 1er janvier 1922. Puis, elle est entrée au Carmel. Pour elle, désormais sa profession est d’aimer, d’aimer jusqu’au bout.

Arrêtées par la Gestapo en 1942, Édith et Rosa (sa sœur)  sont déportées au camp d’Auschwitz, puis gazées le 9 août 1942, comme tant d’autres victimes innocentes de la Shoah, l’extermination  de six millions de Juifs.

La vie et la mort violente de sainte Édith Stein sont le fruit d’un amour engagé envers Dieu et les autres.

Edith  a sans cesse cherché tout au long de sa vie la vérité en aimant. Elle a toujours vu l’autre comme un mystère. Cette participation au mystère de l’autre est passé par le sacrifice d’elle-même. Toute sa vie fut marquée par cette folie de la Croix qui débouche sur la Résurrection.

La Vierge Marie fut pour elle le plus bel exemple de celle qui est en pleine capacité d’accueil. Elle reçoit l’amour et le donne gratuitement.

Comme dans la vie des autres mystiques du Carmel, Marie a eu une grande place dans la vie d’Édith. Elle avait écrit : « Par le don total d’elle-même, Marie est capable de recevoir l’amour divin comme aucune autre créature, élevée bien au-dessus de tout le créé par sa plénitude de grâce et sa perfection. Sous la Croix, elle a accueilli l’héritage de son Fils, comme Mère des rachetés elle les a tous pris dans son cœur »  (Édith Stein, Le secret de la Croix, Parole et Silence).

Sous la Croix, Édith a compris le destin du peuple de Dieu. Sa vie engagée par amour jusqu’au martyre a été la réponse à ce feu de l’Esprit qui la consuma dans la joie du don du baptême.

En ces temps où nous cherchons la réconciliation entre les peuples et les religions, Édith Stein demeure un phare, un témoin et une inspiration.

Edith  qui a pris le nom de Sœur  Thérèse Bénédicte de la Croix nous rappelle qu'être disciple du Christ, c'est accepter de se recevoir du Père et du Fils dans l'Esprit. Suivre Jésus, ce n'est pas renoncer à soi-même par pure exigence morale, mais par amour, comme une conséquence logique de notre engagement. La croix, c'est le Christ qui oriente notre vie comme il veut. La foi est de tout risquer pour lui dans la joie. Notre vie devient le lieu où le mystère du Christ s'est dévoilé et manifesté en nous, et cela passe par sa croix glorieuse. (aleteia)

Dieu de nos Pères, tu as conduit la Sainte martyr Sœur Thérèse Bénédicte de la Croix
à la connaissance de ton Fils crucifié,
et Tu l'as appelée à Le suivre jusqu'à la mort.
Elle t'a offert volontairement sa vie pour la paix dans le monde.
Par son intercession, accorde nous de travailler à la paix, dans notre propre cœur,
avec nos voisins, entre les peuples et les religions.
Nous te le demandons à la prière de Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix,
par le Christ notre Seigneur.

Amen (carmeldeplappeville)

Publié dans Saints