Chemin de Compostelle, espace de rencontres

Publié le par Geneviève R.

Dire que le chemin de St Jacques de Compostelle permet de faire des rencontres est en soi une banalité. Il est logique que chaque situation qui amène l'Homme à sortir de sa routine, quotidien bien balisé, ouvre un champ de découvertes, rencontre avec la différence, curiosité vers l'étrangeté ou volonté de faire des comparaisons. Certains partent en chemin justement pour cela ; poser de nouveaux repères dans leur vie.

L'aventure en solitaire donne la disponibilité de la rencontre par nécessite ou par plaisir.

Le chemin est un creuset de gens qui n'auraient aucune raison de se côtoyer dans une vie ordinaire.

La tradition veut que l'on fasse le chemin dans l'anonymat sans son statut social, ni son rang de respectabilité. La règle du dépouillement fait que chacun vient avec ce qu'il EST et non ce qu'il fait ou ce qu'il possède.

La règle est bien des fois détournée mais la vérité du chemin en ressort encore plus crue.

Certains font brouillard en partant en groupe constitué comme une forteresse, pour être rassurés, avec une logistique bien huilée. C'est ainsi que j'ai rencontré Madame qui marchait avec sa copine « Oui oui » et avait mobilisé Monsieur, comme chauffeur attitré, en voiture réaménagée pour l'occasion comme un véritable magasin d’apothicaire, plein de tiroirs pour les tenues de ceci et les ustensiles de cela. J'ai aussi rencontré ces trois couples qui faisaient chemin sur des week-ends libérés dans leur agenda de ministre. Ils proclamaient haut et fort leur position sociale avec des sourires mondains, en passant à l'interrogatoire les autres marcheurs pour connaître leur métier et tout et tout.... Pour certains c'est très déstabilisant de ne pas savoir à qui l'on parle.

La règle c'est aussi que chacun fait SON chemin. Cela n'est jamais l'heure de rendre des comptes mais plutôt de faire ses comptes « de vie », sans témoin.

Ceci dit, la disponibilité d'une vie libérée pour un temps des contraintes familiales, professionnelles et administratives donne le temps de l'écoute, le temps de l'observation, le temps de la relation. De ce fait les rencontres n'en sont que plus fortes et plus profondes, intimes même quelquefois. La parole se libère et attaque à l'essentiel. Éphémères, ces partages sont comme des morceaux trop lourds à porter que l'on pose pour un moment, en espérant repartir plus léger. Ils font toucher du doigt le genre humain dans sa diversité, ils renvoient à soi-même aussi, ses choix et ses cheminements.

Geneviève R.
La journée du pèlerin - Partie 1
La journée du pèlerin - Partie 2
La journée du pèlerin - Partie 3
Bruits de la nuit

Chemin de pluie
Chemin de l'art du décalé ...

Dérouler le chemin et tisser la toile
Un monde éphémère, un monde de permanence
(dimanche du 28 juin 2015(dimanche 21 juin 2015)