Le Prince de la Paix est venu pour servir et non pour être servi… un exemple à suivre par tous !

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

Conférence à l’UNESCO du Patriarche Card. Béchara Boutros RAI Paris, le 25 avril 2015

Le Patriarche arrive au terme de ses propositions, qui s’appuient sur une considération profonde de la situation, qu’il a contemplé, dès lors les solutions fondamentales proposées ne sont pas des solutions extrinsèques, imposées par la force, mais des mouvements qui doivent pouvoir prendre appui sur la réalité même qui est à guérir… Indication précieuse du chemin de Vie. Il s’agit toujours de contempler la situation présente, et de trouver en son sein le chemin de l’ouverture véritable à Celui qui donne… Il en a été ainsi avec la foule dans le désert et sans nourriture, la contemplation a donné quelques pains et poissons, l’action de grâce a permis que la foule soit rassasiée. De même aujourd’hui dans le contexte présent la reconnaissance de la place singulière des Maronites peut aider vraiment à un chemin de paix, bien mieux que des solutions extérieures imposées par la force des armes mais qui ne déplaceront pas le cœur des personnes.

Que le Seigneur donne au Liban de remettre en route en son sein la circulation de la parole que cette Paix en ce lieu ensuite se propage à d’autres…

Nous aussi n’ayons de cesse de semer des germes de paix, n’ayons de cesse de les aider à grandir, mettons nos pas dans celui qui est le jardinier de l’homme, le « Prince de la Paix » lui qui s’est manifesté serviteur de tous…

e) Reconnaître que les chrétiens d’Orient, surtout les chrétiens du Liban, sont stratégiques pour une solution politique à long terme, une solution interculturelle intrinsèque, au lieu d’une solution militaire imposée, comme c’est le cas aujourd’hui en Palestine, Syrie, Irak et Yémen.

f) Sauvegarder le Liban et le rôle efficace des chrétiens pour garantir la marche vers la démocratie, les valeurs de la modernité et le développement dans la région. Car seul le Liban sépare entre Religion et Etat, où chrétiens et musulmans sont en pleine égalité de droits et obligations. Seulement au Liban, les chrétiens ont une présence politique respectable dans leur propre pays et dans le monde arabe. Le Liban, grâce à sa culture de convivialité, reste le seul espoir du vivre ensemble entre chrétiens, musulmans et autres. Son président chrétien Maronite de par le Pacte National est le garant de cette convivialité. Malheureusement l’élection d’un nouveau Président a été liée forcement aux issus des conflits en cours en Syrie et dans la région. Voilà qu’aujourd’hui même s’accomplissent onze mois de vacance présidentielle, due au boccage des séances parlementaires. Nous comptons sur la médiation des pays amis du Liban, et ceux qui ont une influence politique sur l’Iran et l’Arabie Saoudite, pour débloquer cette impasse parlementaire.

Conclusion

16. La paix est le don du Christ, "Prince de la paix" (Is 9 : 6). Lui-même est notre paix (Eph. 1 : 14). Elle se construit tous les jours. Elle est le fruit de la justice (Is 32 : 16) et porte un nouveau nom celui du développement (Paul VI, Populorum Progressio, n.76). Engageons-nous ensemble pour rendre à la terre du Moyen-Orient, d’où l’Evangile de la paix a été annoncé au monde, sa vocation originelle d’être le lieu de la rencontre et de la paix.

Je Vous remercie !

Source du document http://www.maronites.fr/spip.php?article234   image http://3.bp.blogspot.com/-cYU_0lVFblQ/VR2l6o4N0wI/AAAAAAAADJ8/jgw1wdvvFLE/s1600/lavement%2Bdes%2Bpieds.jpg

Publié dans actualités