Vendredi 9 juin 2017 Que notre vie de famille se fasse hospitalité !

Publié le par Jardinier de Dieu

324. Sous l’impulsion de l’Esprit, le cercle familial non seulement accueille la vie en la procréant dans son propre sein, mais il s’ouvre, sort de soi pour répandre son bien sur d’autres, pour les protéger et chercher leur bonheur. Cette ouverture se révèle surtout dans l’hospitalité,[389] encouragée par la Parole de Dieu d’une manière suggestive : « N'oubliez pas l'hospitalité, car c'est grâce à elle que quelques-uns, à leur insu, hébergèrent des anges » (He 13, 2). Lorsque la famille accueille et va vers les autres, surtout vers les pauvres et les abandonnés, elle est « symbole, témoignage, participation de la maternité de l’Église ».[390] L’amour social, reflet de la Trinité, est en réalité ce qui unifie le sens spirituel de la famille et sa mission extérieure, car elle rend présent le kérygme avec toutes ses exigences communautaires. La famille vit sa spiritualité en étant en même temps une Église domestique et une cellule vitale pour transformer le monde.[391] (Pape François, Amoris Laetitia)

************
Le Jardinier de Dieu vous invite à lire avec profondeur le texte d’Amoris Laetitia puis de redire la prière ou de lire le récit en contrepoint, de chercher les liens entre l’Exhortation, la prière ou le témoignage et, enfin, de vous adresser vous-même au Seigneur à partir de votre propre situation, quelle qu’elle soit.
************

Témoignage de Claire (57 ans) :

Ce qui, dans ma famille, m’a le plus lancée dans la vie ? Je pense que je dois à mes parents une grande capacité à faire confiance aux autres. Une petite lumière demeure toujours en tout être et en toute situation, quoi qu’il arrive : c’est pour moi une  conviction inébranlable, je l’ai appris d’abord de mes parents, sans discours mais en actes : ils nous faisaient confiance, à moi et à mes frères et sœur. Ils nous laissaient libres, parfois même de manière risquée ! Je les voyais aussi ouvrir leur porte à des naufragés de la vie qu’ils logeaient quelques mois, et sans le savoir j’apprenais ainsi qu’il ne faut jamais désespérer de quiconque. Regarder mes parents m’a appris à croire dans l’amour. Un jour, pour essayer de me faire comprendre qui pouvait être l’Esprit Saint, ma mère a pris cette comparaison : « l’amour entre ton père et moi est si grand que c’est comme s’il y avait une troisième personne ».

Pape François, 2016. La joie de l’amour- édition présentée & annotée sous la direction du Service national Famille et Société – Conférence des évêques de France - avec un guide de lecture et de témoignage. Fidélité, Paris, p.141

image http://lerosairesaintmaur.org/IMG/jpg/sainte_marie_majeure_rois_mages_400-3.jpg?1483700984

Publié dans A lire, Pape

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :