31 juillet - Fête de St Ignace de Loyola - Pèlerin de Dieu, écouter la Vie…

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

[fin de la session des Accompagnateurs de Communautés locales Hautmont juillet 2016]

Matthieu 16, 24-27 Alors Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera. Quel avantage, en effet, un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ? Et que pourra-t-il donner en échange de sa vie ? Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite.


© Céline Anaya-Gautier​

Dès que nous dépassons la survie, la « bios » toujours nécessaire, toujours à respecter, la vie en nous nous pousse pour devenir, nous distinguer. Un élan nous porte à faire notre chemin propre, à réussir, à aller au bout de nos rêves, de nos aspirations, à devenir soi-même. Et cela tout spécialement lorsque nous sommes jeunes... Elle nous appelle à explorer, à risquer, à grandir, à conquérir, à nous dépasser, elle nous donne de croître…

Il en était bien ainsi pour ce petit Inigo, le dernier enfant de la famille qui quitte le vieux château de Loyola pour devenir page à la cour du roi et, plus encore, pour ce jeune et fringant chevalier qui veut se distinguer, en étalant son courage dans Pampelune assiégé…

Mais le Seigneur nous appelle tous à entrer dans une autre dimension de la vie, la vie véritable, la « zoé », celle qui ne se réalise pas dans des exploits, des réussites, des sorties de soi. Cette vie en plénitude, elle nous relie à lui et à tous nos frères et sœurs. Elle accompagne chacun, elle met chacun en relation avec tous les autres. Cette vie se donne, se partage, s’offre, s’efface devant l’autre, ne se ferme pas sur elle-même, sur ses réalisations. Cette vie, elle est douceur et abandon, compassion et encouragement… Elle est la vie, qui respecte toute autre forme de vie, qui devient amie de toutes les autres formes de vie, qui se réjouit des autres vies… Elle est cette vie qui est heureuse de devenir servante du plus pauvre, du plus faible… elle est cette vie qui trouve sa joie pleine à aider la vie en l’autre quel qu’il soit…

Cette vie véritable qui se fait radicalement pauvre, en se donnant totalement. Depuis que le Fils a marché sur nos chemins humains, elle n’a eu de cesse que d’attirer des hommes, des femmes, qui se sont mis en chemin eux aussi, à sa suite, qui ont avancé, renoncé, pour découvrir la joie, la simple joie de l’abandon… Elle est celle qui chante, qui se réjouit, qui loue… Elle est cette vie qui rend pèlerin…

Parmi ces hommes, ces femmes, il y a eu Ignace… Peu à peu, il a découvert que la vie en lui, la vie en plénitude lui proposait d’aider les autres dans leur devenir. « Aider les âmes » s’est-il mis à dire de retour de Terre Sainte, sur les pavés du port de Barcelone où il errait sans but… et il a découvert que cela lui demandait toutes les audaces, l’appelait à prendre tous les risques, l’amenait à sortir radicalement de lui-même… Cette vie lui donnait de vivre au centuple ce qu’il rêvait jadis de faire… Servir le Roi éternel rend libre comme lui… Et chaque sortie n’a cessé de le conduire plus près de son prochain, qu’il soit grand d’Espagne, ou pauvre hère, duchesse ou courtisane… et plus près aussi de son Seigneur, celui qui appelle, celui qui souffre sa Passion et porte sa croix, celui qui rejoint et redonne force et courage à tout homme…

Le chemin d’Ignace est offert à chacun de nous, dans le secret de nos cœurs. Dans d’autres situations, nous pouvons offrir nos vies pour que la Vie de Dieu nous habite, nous relie, nous entraine… Rendons grâce au Seigneur…

Père Jean-Luc Fabre

[Source image  :http://www.pelerin.com/var/pelerin/storage/images/compostelle-et-autres-chemins/un-forum-a-la-croisee-des-chemins-de-pelerinage/27810566-1-fre-FR/Un-forum-a-la-croisee-des-chemins-de-pelerinage_lightbox_full.jpg]