Le geste chrétien par excellence : l’instruction…

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

Conférence à l’UNESCO du Patriarche Card. Béchara Boutros RAI Paris, le 25 avril 2015

Le cardinal témoigne de la manière dont les chrétiens, dans la durée, se sont comportés dans les pays du Moyen-Orient, en cherchant à offrir, sans cesse, aux enfants de toutes les confessions les moyens de l’instruction. Ils ont contribué pour une large part à ranimer la culture arabe, tant il est vrai qu’une culture se revivifie au contact des autres.

Au cœur de notre foi, la conviction que le Seigneur parle à chacun en son cœur, et qu’il a donc à être aidé, notamment par l’instruction, des apports culturels, à mieux entendre la Vie en lui et, de là, aimer son Créateur et Sauveur ainsi qu’aider ses frères et sœurs en humanité…

Un axe si profond de la foi chrétienne aussi bien au Moyen-Orient, qu’en Asie, en Afrique ou en Europe… Une foi aussi dans la capacité de relier les différences, de les sublimer mêmes dans leur communion respectueuse…

Cette bonne nouvelle en tout lieu doit être tenue !

Père Jean-Luc Fabre

II - La présence chrétienne et ses espaces de promotion de la culture de la paix.

9. Les chrétiens ont pu reprendre avec plus de force leur rôle de promoteurs de la culture de la paix, grâce aux contacts avec l’Europe. Les premiers contacts furent durant la période des Croisades (1089-1291) où des liens se sont établis entre l’Eglise Maronite, la seule Eglise unie à Rome, après le grand schisme d’Orient (1054), et la France en la personne du Roi Saint Louis qui a ratifié ces liens par un document daté du 21 mai 1250. Ensuite par la fondation du Collège Maronite de Rome en 1584, lequel a réussi à construire un pont culturel entre l’Orient et l’Occident, et lier les deux rives nord et sud de la Méditerranée, grâce à ses érudits.

10. Les deux siècles XVI et XVII furent la période de fondation des écoles dans la Montagne Libanaise et l’arrivée au Liban et en Orient des Ordres religieux latins venus de France : Franciscains, Jésuites, Dominicains, Lazaristes et autres qui ont contribué beaucoup par leurs missions et écoles, au Liban puis en Orient, à la formation de la jeunesse à la culture de la paix dans toutes ses dimensions : spirituelle, sociale, économique et politique. À ces missions latines s’ajoutent dans la 2de moitié du XIXème siècle les missions russes orthodoxes et celles anglo-saxonnes protestantes, toujours partant de Beyrouth vers d’autres régions du Proche-Orient. Toutes ces missions de caractère culturel ont contribué à la renaissance culturelle du monde arabe et véhiculé les valeurs de la modernité. Les débuts du XVIIème siècle ont connu la fondation des Ordres religieux orientaux, organisés en vie commune, qui ont donné un grand essor à la vie et mission des chrétiens d’Orient, surtout par leurs écoles.

11. Il faut que je rappelle aussi la promotion culturelle lancée par le fameux Synode Libanais Maronite tenu en 1736 au Couvent Notre Dame de Louaizé qui a ordonné l’enseignement obligatoire et gratuit pour tous les garçons et les filles du Mont-Liban. Depuis lors fut une floraison d’écoles qui allaient toujours en progression jusqu’à nos jours non seulement au Liban mais aussi dans tous les pays du Proche-Orient, jusqu’au Golfe Arabe. Ces écoles étaient ouvertes à tous les jeunes, garçons et filles, sans aucune distinction de religion, de confession ou de race. Que des générations ont reçu et reçoivent encore la formation culturelle, humaine, spirituelle, morale, scientifique et nationale dans les écoles chrétiennes !

http://www.maronites.fr/spip.php?article234  photo http://www.lasalle-po.org/admin/images/DSC_0038.JPG

Précédent                                                                Suivant

Publié dans actualités