He 11, 8.11-12.17-19 Grâce à la foi, s’ouvrir à la nouveauté en toute situation…

Publié le par Père Jean-Luc Fabre


La sainte famille est une structure humaine qui se révèle apte à affronter la nouveauté, toute nouveauté, et à transformer les difficultés de toute situation en opportunités de croissance aussi bien interne pour les membres et la relation entre eux qu’en externe, les personnes rencontrées et toutes les autres…

C’est à cette perspective que nous pouvons nous éveiller par la lecture de ce passage des Hébreux, où, par trois fois, il est dit « grâce à la foi ». Ces trois passages signent un chemin de croissance. Qu’ils soient orientation heureuse pour la nouvelle année qui s’offre à chacun de nous !

La première aide de la foi est prise en compte de nos capacités, propulsion vers une situation où la relation entre nous et Dieu pourra s’approfondir. Elle est appel à l’initiative, au don à partir de nos propres capacités dans la perspective d’une ouverture promise à l’Autre.

La deuxième aide de la foi est ouverture à la capacité de l’autre. La situation que j’affronte n’est plus fermée sur moi et mes capacités, parce que je m’ouvre aux capacités de l’autre. A la situation, je ne vais pas seul et par moi-même mais j’y vais avec l’autre. Premier pas dans une confiance plus grande, relation vécue avec l’autre…

La troisième aide de la foi est un grand saut. La situation est déclarée comme celle de l’épreuve, autrement dit, une situation qui met en jeu ma propre identité qui en est excédée. Paul montre l’étape extrême de la foi : s’abandonner soi sur la parole de l’autre. Cette troisième dimension de la foi est celle de la foi en la résurrection : croire que l’autre peut redonner ce que je perds de moi-même, ce que je puis donner, ma vie, ma mort.

La situation reçoit de là une nouvelle dimension, elle n’est plus simplement le lieu de mon investissement, elle n’est plus le lieu de mon co-investissement, elle est le lieu de la manifestation, de l’expression de la relation. Ce qui compte c’est la relation avec l’autre, rien d’autre.

La vie quotidienne pour nous a ces trois valences. Patiemment recevons nos vies, découvrons comment elles ne cessent de nous appeler à vivre nos situations comme les lieux de la relation avec le Père qui nous aime. Belle année 2015 !

Père Jean-Luc Fabre

http://saint-denis.catholique.fr/vie-chretienne/dossiers-quatre-pages/ciric-enfant-luminions.jpg/image_preview

http://1.bp.blogspot.com/-PxW_RD9qI6c/UcIcnCeb49I/AAAAAAAAClM/TzQq41yQBLQ/s1600/prayer+candle.jpg

Hebreux 11, 8.11-12.17-19

Frères,
grâce à la foi, Abraham obéit à l’appel de Dieu :
il partit vers un pays
qu’il devait recevoir en héritage,
et il partit sans savoir où il allait.

Grâce à la foi, Sara, elle aussi, malgré son âge,
fut rendue capable d’être à l’origine d’une descendance
parce qu’elle pensait que Dieu est fidèle à ses promesses.
C’est pourquoi, d’un seul homme, déjà marqué par la mort,
a pu naître une descendance aussi nombreuse
que les étoiles du ciel
et que le sable au bord de la mer,
une multitude innombrable.

Grâce à la foi, quand il fut soumis à l’épreuve,
Abraham offrit Isaac en sacrifice.
Et il offrait le fils unique,
alors qu’il avait reçu les promesses
et entendu cette parole :
C’est par Isaac qu’une descendance portera ton nom.
Il pensait en effet
que Dieu est capable même de ressusciter les morts ;
c’est pourquoi son fils lui fut rendu :
il y a là une préfiguration.

– Parole du Seigneur.