Intentions de prière du pape - juillet 2016 - Respect des peuples indigènes

Publié le par Jardinier de Dieu

Le pape confie aux fidèles chaque mois ses intentions de prière. Il compte sur nous tous. Notre prière est un vrai soutien pour la mission de l’Eglise.

En ce mois de Juillet 2016, l'intention de prière universelle du Pape est pour le respect des peuples indigènes.  Son intention de prière pour l’évangélisation est pour la mission continentale en amérique latine.

Respect des peuples indigènes

Pour que soient respectés les peuples indigènes menacés dans leur identité et leur existence même.

Mission continentale en Amérique latine

Pour que l’Église de l’Amérique Latine et des Caraïbes, à travers sa mission continentale, annonce l’Évangile avec un élan et un enthousiasme renouvelés.

***

Les peuples autochtones ou indigènes  sont présents dans 70 pays sur les cinq continents. On estime globalement leur nombre entre 370 000 et 400 000 personnes (RFI), réparties en près de 5 000 groupes humains avec des identités et des cultures particulières. Si les peuples indigènes diffèrent par leurs coutumes et leurs cultures, ils partagent certaines réalités difficiles : l’expulsion de leurs terres, la négation de leur culture, les attaques physiques et le fait d’être traités comme des citoyens de seconde zone.

Les tentatives pacifiques de ces minorités  qui souhaitent préserver leur identité culturelle ou garder le contrôle de leurs terres et de leurs ressources ancestrales sont parfois assimilées à une trahison ou à du « terrorisme ».

Ces peuples partagent souvent une valeur fondamentale  le lien très étroit entre leur identité, leur mode de vie et leur terre. Ils se considèrent comme les « gardiens » ou les « dépositaires » des terres pour les prochaines générations. Perdre leurs terres équivaut à perdre leur identité.

Les terres sur lesquelles ils vivent sont bien souvent riches en ressources, et les gouvernements et les entreprises privées se les sont appropriées, les ont vendues, louées ou simplement pillées et polluées. De nombreuses populations autochtones ont été déracinées de leurs terres du fait de politiques gouvernementales discriminatoires ou de conflits armés. Les militants des droits indigènes mobilisés pour la défense de leur communauté et de leurs terres sont en butte à des violences et risquent même d’être tués.

Dans de nombreux pays, plus de 50 % des autochtones vivent dans les villes. Au cours des 30 dernières années, ils ont migré de leurs terres ancestrales vers les zones urbaines. Certains en quête d’opportunités en termes d’éducation et d’emploi ; d’autres fuyant les atteintes aux droits humains, notamment liées au droit à la terre et à la survie de leur culture.

Coupés des ressources et des traditions qui sont vitales pour leur bien-être et leur survie, de nombreux peuples autochtones ne sont pas en mesure de jouir pleinement de leurs droits humains. Ils subissent la marginalisation, la pauvreté, la maladie et la violence, et sont parfois menacés d'extinction.

Ces minorités, considérées par les Nations unies comme les plus vulnérables

Lors d'une messe du  lundi 15 février 2016, dans le Chiapas au Mexique, le pape François a demandé   un "examen de conscience" sur le sort réservé aux peuples indigènes dans  ce pays.

RFI, Amnesty, France Info, Radio Vatican.   Photo http://cms.unige.ch/isdd/IMG/arton264.jpg