Jn 14, 21-26 pas de lettre véritable, sans enveloppe…

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

Jean 14, 21-26 En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. » Jude – non pas Judas l’Iscariote – lui demanda : « Seigneur, que se passe-t-il ? Est-ce à nous que tu vas te manifester, et non pas au monde ? » Jésus lui répondit : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »

***

« Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. » En ce temps d’internet, nous risquons de perdre ce qui faisait le charme de la correspondance d’autrefois. Jadis, lorsque nous recevions une lettre, nous ne recevions pas seulement une lettre mais une lettre dans une enveloppe, et déjà l’enveloppe disait beaucoup : l’écriture de l’adresse, le choix du timbre, la manière dont il était collé, la taille de l’enveloppe, le parfum parfois … Nous pouvions garder l’enveloppe fermée, mystérieuse quelque temps puis l’ouvrir. Ouvrir le courrier avait alors un sens tout particulier… l’enveloppe contenait l’écrit, le manifestait déjà. De la même manière, un enfant doit être emmailloté, porté, soutenu, bercé, massé, enveloppé de milles manières pour pouvoir grandir, surgir vraiment. Un germe aussi doit être maintenu protégé tout au long de l’hiver dans le bourgeon pour s’épanouir au printemps… Oui, les choses ont à être enrobées pour être vraiment en croissance, pour pouvoir se déployer…C’est ce que nous rappelle ce passage de l’écriture…

« Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. » Tout « recevoir » et tout « garder » pour un rendre, constituent l’enveloppe à partir de laquelle des réponses neuves peuvent émerger de la situation inédite à laquelle chaque génération chrétienne est confrontée… L’enveloppe de la foi, c’est celle du « recevoir » et du « rendre » entre le Seigneur et celui qui croit en lui… Recevoir pleinement afin de pouvoir rendre pleinement, recevoir pleinement les commandements, l’amour pour le rendre et pouvoir le rendre autrement et justement, en fonction de la situation nouvelle.

« Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. » Ce que le Christ nous dit aussi, c’est que ce mouvement entre le croyant et Lui, prend appui sur ce qui se vit entre lui et le Père. Ce qui nous tient, nous enveloppe prend sa source dans ce qui se vit déjà entre le Père et le Fils. « La parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé ». En Christ se vivent pleinement ce « donner » et ce « recevoir »… Oui, laissons ce mouvement nous envelopper…

Si il y a ce passage du Père au Fils et du Fils à nous, il est donc bien normal de penser que ce système d’enveloppes doit aussi se propager dans les relations que nous pouvons avoir avec d’autres pour que la bonne nouvelle puisse se répandre…  l’annonce, l’évangélisation, ne peut être ainsi directe, sans ce tissage, sans cette enveloppe qui porte, contient…sinon un principe sec et nu sera bientôt sans vie, sans saveur, sans force, incapable de rien…

C’est ce que Jean-Paul II et François ne cessent de nous redire, François citant Jean-Paul : « « Faire de l’Église la maison et l’école de la communion : tel est le grand défi qui se présente à nous dans le millénaire qui commence, si nous voulons être fidèles au dessein de Dieu et répondre aussi aux attentes profondes du monde ». Et il ajoute : « Avant de programmer des initiatives concrètes, il faut promouvoir une spiritualité de la communion, en la faisant ressortir comme principe éducatif partout où sont formés l’homme et le chrétien, où sont éduqués les ministres de l’autel, les personnes consacrées, les agents pastoraux, où se construisent les familles et les communautés ». La Lettre apostolique Novo millennio ineunte n. 43

Alors, à nous d’en tirer profit dans notre manière d’user d’internet… ou de tout autre moyen…

[Source : http://www.lebabi.net/photos/ils-decouvrent-une-lettre-de-leur-fille-decedee-adressee-a-elle-meme-210.html ]

Nous vous recommandons de lire le post duquel est tirée la photo. Une jeune fille s’écrit à elle-même, elle mourra avant la date prévue, cruel dilemme pour ses parents ouvrir ou non ce courrier…

Père Jean-Luc Fabre