Jn 2, 13-22 Savoir (re)-commencer…Dédicace de la Basilique du Latran

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

Jean 2, 13-22 Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. Il trouva installés dans le Temple les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d'ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » Ses disciples se rappelèrent cette parole de l'Écriture : L'amour de ta maison fera mon tourment. Des Juifs l'interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.  Aussi, quand ilse réveilla d'entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu'il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite.

***

« Installés dans le Temple » La situation à laquelle fait face le Seigneur Jésus est celle d’un désordre, désordre qui se répand et qui consomme l’énergie vitale du peuple, en consommant son histoire. Nous assistons au spectacle d’une réalité qui vit en dehors de sa finalité, alors que lui Jésus vient à Jérusalem au Temple pour célébrer la Pâque, le passage, comme beaucoup de ses coreligionnaires, revivre pour incarner ce mouvement de vie. La réalité qui s’offre aux pèlerins  est renversée, le souvenir et la relation avec Dieu sont gommés par l’activité bourdonnante de l’échange présent qui prend tout l’espace, tout ce qui  s’articule entre marchands et changeurs, devient sans cesse plus foisonnante… Comment peut-on réagir à une telle situation ?

« Les chassa tous du Temple » La réponse de Jésus est une réponse radicale, il les chasse tous. En ce sens, qu’il n’y a pas de dialogue dans la situation mais recherche d’une autre situation, permettant un nouveau dialogue. Ce qui adviendra… Remarquons que la nouvelle situation est à vrai dire la situation antérieure où les marchands et les changeurs ne se trouvaient pas dans le temple. Il les chasse tous. Ceci recrée un nouvel espace de parole. D’une certaine manière aussi, l’énormité de la dérive, le retour à l’ancien, signe la nécessité d’une nouveauté radicale. Cela s’appliquera sur celui qui a porté le cri de la réforme : sur Jésus même.

« Détruisez ce Temple » Le temple se révèle être la structure extérieure qui permet le mouvement du cœur. Mais celui qui permet à nouveau le mouvement du cœur, c’est Jésus, dans le mouvement même de sa vie offerte jusqu’à sa mort abandonnée. Il devient donc ainsi ce nouveau temple, ce temple pourra conduire les autres, pris qu’ils sont dans leur impossibilité, en les portant au-delà d’eux-mêmes, au-delà de leur mort. La contemplation de sa vie nous introduit à la vie en vérité. Le temple de son corps peut être épousé si intimement par nous qu’il peut nous transformer vraiment. Nous ne mimons plus les choses, nous sommes transformés… nous entrons dans la Vie.

Ps : nous vous proposons de méditer le psaume 94 qui dit bien l’ambiguïté de toute activité liturgique qui signe en se posant son impossibilité. Le cœur du psaume est dans Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ?

Pour les membres de la Communauté de Vie Chrétienne, toute chose égale par ailleurs, cette ambiguïté est portée par les Principes Généraux qui sont dit avoir été écrits pour aider…

C'est pourquoi, nous, membres de la Communauté de Vie Chrétienne, avons composé ces Principes Généraux pour nous aider à faire nôtres les options de Jésus-Christ Et à prendre part, par lui, avec lui et en lui à cette initiative d'amour qui exprime la fidélité inébranlable de Dieu à sa promesse. 1 § des Principes Généraux de la Communauté de Vie Chrétienne.

L’action de l’homme ne peut que disposer à la rencontre du Dieu transcendant qui nous échappe et se donne à nous toujours librement…

Cela est aussi vrai des jésuites avec le texte des Constitutions de la Compagnie de Jésus.

Bien que ce soit la souveraine Sagesse et Bonté de Dieu notre Créateur et Seigneur qui doive conserver, conduire et faire avancer dans son saint service cette très petite Compagnie de jésus, comme elle a daigné la faire commencer; et bien que, pour ce qui est de nous, ce soit la loi intérieure de la charité et de l'amour de Dieu que l'Esprit Saint a coutume d'écrire et imprimer dans les cours qui doive, plus que des Constitutions extérieures, y aider; cependant, parce que la suave disposition de la Providence divine demande la coopération de ses créatures, et parce que le Vicaire du Christ notre Seigneur l'a ainsi décidé, et qu'ainsi nous l'enseignent dans le Seigneur les exemples des saints et la raison elle-même, nous estimons nécessaire d'écrire des Constitutions qui aident à mieux avancer, conformément à notre Institut, dans la voie du service divin que nous avons commencé à suivre.  [II - B. CONSTITUTIONS ET DECLARATIONS PROLOGUE DES CONSTITUTIONS  [134] 1]

Père Jean-Luc Fabre

Jn 2, 13-22 Savoir (re)-commencer…Dédicace de la Basilique du Latran