Jn 21, 15-19 Recevoir de faire comme le Maître en tout…

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

Jean 21, 15-19 Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade. Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes- tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi ».


Être pour ses frères, ce bourgeon protecteur qui donne à la tendre fleur de pouvoir  s’épanouir…
 

« Quand ils eurent mangé » Le Seigneur nous accueille, prend le temps de nous rejoindre, de nous aider à nous poser... lorsque nous prenons un temps de prière avec nos frères et nos sœurs nous nous disposons à le recevoir lui : la vie liturgique, le temps de prière au début de chacune de nos rencontres nous le permettent sans cesse… N’ayons pas peur d’en user, d’en abuser… Il vient à nous, il nous conforte, nous enveloppe, nous maintient… chacun et tous…

« Sois le pasteur de mes brebis ». Une parole qui nous projette vers l’avenir, qui dit l’essentiel de toute mission ecclésiale. A la suite du Maître, faire comme lui, faire comme tout bon jardinier, disposer les choses pour que la nouveauté apparaisse, nous ne sommes jamais à devoir faire à la place des autres mais être là, à leur côté, pour qu’ils le puissent… Nous le savons bien pour les enfants si nous voulons qu’ils se développent : les aider mais ne pas faire à leur place. Cela est vrai en tout. Ainsi, la Communauté nationale cherche à permettre la croissance des Communautés régionales, qui passent bien sûr aussi par l’ouverture à l’autre, la communion au sein de la Communauté nationale… La parole de la CVX cherche à être « capillarité », partage d’expériences qui donne de reconnaître l’action de l’Esprit en sa propre situation… Elle dit aujourd’hui simplement ce qui se cherche depuis toujours, de manière toujours plus simple : être disciple, compagnon, serviteur, en contemplant, discernant, agissant…Alors, de la même manière la Communauté régionale est appelé par vous à faire de même envers ses communautés locales et ses membres… Accompagner, cela veut dire escorter, mais aussi guider et conduire… en tenant le juste équilibre…

« tu étendras les mains » et à la fin le Seigneur nous livre un secret cadeau qu’il fait à Pierre, qu’il fait à Ignace, qu’il fait à beaucoup de nous… être mis à sa suite sur son propre chemin, vivre ce que le Maître a vécu, et, en se donnant, ouvrir un chemin pour d’autres…

Le Seigneur se donne, il est passage, il est même comme le disait le Père Beauchamp que passage… découvrons le, laissons le nous toucher, mettons-nous à sa suite, devenons nous aussi passage pour tous nos frères… Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi ».

Dans la perspective de la messe de clôture de la rencontre des Assistants du Sud-ouest de la Communauté de Vie Chrétienne en France, Toulouse.

Père Jean-Luc Fabre

[Source image : http://img.over-blog-kiwi.com/0/26/56/28/20151106/ob_46d4dd_bourgeon-eclate-charme.jpg ]