Jn 5, 24-29 sortir de soi-même

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

Jean 5, 24-29 Jésus disait aux Juifs : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui écoute ma parole et croit au Père qui m'a envoyé, celui-là obtient la vie éternelle et il échappe au Jugement, car il est déjà passé de la mort à la vie.  Amen, amen, je vous le dis : l'heure vient — et c'est maintenant — où les morts vont entendre la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l'auront entendue vivront. Comme le Père a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d'avoir la vie en lui-même ; et il lui a donné le pouvoir de prononcer le Jugement, parce qu'il est le Fils de l'homme. Ne soyez pas surpris ; l'heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux vont entendre sa voix, et ils sortiront : ceux qui ont fait le bien, ressuscitant pour entrer dans la vie ; ceux qui ont fait le mal, ressuscitant pour être jugés. »

******

Voici l'heure d'entrer dans la vie

« Celui qui écoute ma parole » Que savons-nous du monde, du sens des choses… Le Christ propose à ses interlocuteurs une expérience à partir de lui : écouter sa parole. Il est, par-là, la nouveauté véritable qui donne un sens plénier au monde, aux expériences que nous pouvons vivre dans le monde. Sa parole dit les choses, elle donne à la réalité de prendre sens, entre ce que je perçois, ce que je peux exprimer par moi-même et ce que lui Jésus dit, une nouvelle adéquation peut surgir, adéquation qui me donne d’avancer dans la compréhension de ma propre existence qui n’est pas que soumise aux événements… qui me donne ainsi d’entrer en relations avec le mystère du Père qui par Lui se révèle. Mon existence n’est plus quête mais peut prendre une nouvelle orientation, devenir reconnaissance ample dans une réponse à une parole et qui prend en compte tout le reste et tisse avec tous les autres une nouvelle communion. C’est un passage à une vie nouvelle qui me fait percevoir, dans son ouverture à une nouvelle communication, ma vie ancienne comme une mort, tellement j’étais fixé à une image de moi qui me gardait prisonnier.

« Comme le Père a la vie en lui-même » Le Christ m’introduit en fait à partir de lui dans la relation au Père qui existe de lui-même en se donnant et donne aux autres d’exister d’eux-mêmes en se donnant à leur tour et d’entrer en relations. Le Père se donne et le Fils se reçoit et se donne à son tour. Ce don il ne cesse de le donner à tous, au Fils ainsi qu’à ses frères… Ce mouvement nous est dit pour que nous puissions le reconnaitre lorsque nous le vivrons. Le Christ vit du Père et il nous permet à nous aussi de le vivre, de réaliser que notre vie n'est que de se donner...

« L'heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux vont entendre sa voix, et ils sortiront »  Cette promesse est adressée à tous et à chacun en particulier. Le fait de répondre et d’autres avec soi, transforme le monde, lui donne de prendre sa vraie consistance d’échanges véritables. Les tombeaux sont souvent ce qui nous semblent devoir nous tenir, nous maintenir. Soudain, une parole, un événement nous donne de sortir et de vivre de la vie véritable qui se donne, qui coule…

Père Jean-Luc Fabre

http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1310085-Mue_imaginale_dun_monarque.jpg (image 1)

http://4.bp.blogspot.com/-fzH5_z1gi58/Te7b1rFV5gI/AAAAAAAABmc/P6L7oWsIlwY/s400/Cocon.JPG (image 2)