Jn 6, 35-40 Et moi, en votre aujourd’hui, je suis avec vous…

Publié le par Père Jean-Luc Fabre

Mercredi (3e semaine de Pâques)

Jean 6, 35-40 En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif.
Mais je vous l’ai déjà dit : vous avez vu, et pourtant vous ne croyez pas.
Tous ceux que me donne le Père viendront jusqu’à moi ; et celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors.
Car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé.
Or, telle est la volonté de Celui qui m’a envoyé : que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour.
Telle est la volonté de mon Père : que celui qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. »

Notre réalité quotidienne à décrypter…

« Vous avez vu, et pourtant vous ne croyez pas » N’ayons de cesse de le réaliser, la résurrection s’éprouve. Nous n’avons pas a priori une connaissance d’elle en dehors de ce qu’elle vient toucher en nous. Ignace, dans la quatrième semaine des Exercices Spirituels, propose au retraitant de contempler l’apparition du Christ Ressuscité auprès de sa sainte mère, bien que celle-ci ne soit pas déclarée dans les Ecritures [n°299]. C’est d’ailleurs la seule contemplation qu’il donne dans la quatrième semaine en tant que telle. Le retraitant est donc fondamentalement invité à faire confiance à ce qui advient, sans l’obscurcir pas ses propres représentations… Appel plus que pressant à lâcher prise pour donner à la réalité de se manifester en elle-même. Il s’agit bien de voir pour croire… Alors quel chemin Jean nous trace-t-il ?

« Celui qui vient à moi » Nous avons à recevoir ce qui nous entraine, nous met en mouvement, comme les femmes qui vont au tombeau, les pèlerins d’Emmaüs. En nous, malgré tout, ne cesse de sourdre un dynamisme qui nous fait avancer, c’est sur ce dynamisme que l’apparition du Christ prend appui pour nous consoler, nous donner de quitter cette robe de tristesse, pour entrer dans la gloire et la joie du Seigneur. N’ayons de cesse de faire confiance à ce dynamisme consolateur qui nous touche, il nous conduit à une manière renouvelée de nous comprendre, de nous situer, de vivre… Alors allons à Lui, croyons à ce qui se manifeste !

« La volonté de mon Père ». Prenons appui sur sa Parole, sur le don que Jésus a fait de lui-même pour nous laisser faire par la volonté inébranlable de Dieu le Père, de la Trinité à conduire sa création à son terme, celui de la communion de tous. La promesse est pour tout homme qui voit le Fils. Alors les événements se disposeront pour que nous puissions arriver au terme de notre voyage. Marchons, risquons-nous, éprouvons, laissons-nous enseigner, cheminons… Nous ne sommes plus seuls, un chemin s’ouvre en notre quotidien. Il est là qui marche avec nous, avec nos frères. Depuis le temps du sang versé, nous savons qu’il est pour toujours avec nous. Ses paroles nous accompagnent aujourd’hui, son dynamisme aussi… Sachons le reconnaître… entrons dans la foi. Voyons et croyons !

Père Jean-Luc Fabre

Image http://idata.over-blog.com/2/39/47/95/inspirationdesaintmatthieuv1.jpg un regard neuf sur notre vie, sur ce qui survient…