Jésus et sa famille

Publié le par Père Olivier de Framond

1ère lecture : « Tu jetteras au fond de la mer tous nos péchés ! » (Mi 7, 14-15.18-20)

Psaume : Ps 84 (85), 2-3, 5-6, 7-8

Evangile : « étendant la main vers ses disciples, il dit : “Voici ma mère et mes frères” » (Mt 12, 46-50)

***

Jésus aurait pu dire à sa mère et ses frères qu’il les verrait dans 20 minutes, le temps de finir avec son groupe. Mais non ! Il veut seulement être là où son Père le convoque. Et là il trouve une mère, des frères, des sœurs. Un père, non ; pour Jésus il n’y en a qu’un, que personne ne voit jamais, et pourtant c’est le seul. Pauvre Joseph ! …

Si Jésus revenait parmi nous, où trouverait-il une mère, des frères, des sœurs aujourd’hui ? Qui a encore assez soif et faim pour venir l’écouter et converser avec lui, dans la rue, en ville, dans les maisons, au point d’être pour lui des enfanteurs ? Il les appelle ses disciples, mais qui sont-ils ? … A entendre Michée, ce sont ces foules qui espèrent encore et marchent, au-delà des blessures ou des péchés. Ils ne rêvent pas des consolations d’hier. Ils ne rêvent pas d’un Dieu qui viendrait enfin s’occuper d’eux. Comme Etty Hillesum, ils sont seulement là, Seigneur, à t’aider à ne pas t’éteindre en eux. Ils ne s’en rendent pas compte, ils t’enfantent et deviennent pour toi un frère, une sœur, une mère, et tu rends grâce …

Le mariage d’une nièce m’a montré des jeunes, les uns à fond dans l’Eglise, les chants, l’amitié, le sacré, et d’autres pas du tout concernés par cette étrange boutique Eglise. Et pourtant, tous semblaient ensemble enfanter le Seigneur, une vie cachée en eux…

Père Olivier de Framond
image
http://viecontemplative.saintefamille.fr/files/2011/05/Arbre-et-sainte-Famille.jpg 

Publié dans 2016 framond