Chemin de Compostelle - la journée du pèlerin (partie 3) - le temps du repos

Publié le par Geneviève R.

Cette année, le Jardinier de Dieu est très heureux de vous inviter à suivre les pas d’une pèlerine (paroissienne de Colomiers) sur les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Une fois par semaine durant les mois de Juillet et d’Août un article sera publié sur notre site.

A travers le récit de ce pèlerinage vécu, nous découvrirons un peu de la nature  mais surtout le changement profond du cœur et de l’âme du marcheur. Merci de tout cœur à Geneviève pour ces belles lectures et ces photos qui nous aident à contempler la Création et à louer le Créateur.

Nous vous invitons aussi à découvrir les communautés religieuses sur cette route de quête (Chemin de Compostelle) durant l'été, en écoutant l'émission de la radio Présence - du lundi au vendredi à 7h55, 8h55 et 11h45

Le Jardinier de Dieu

****

La journée avance et c’est la découverte de ces petites chapelles aux vitraux multicolores que le rayon de soleil traverse en révélant toute la splendeur. La petite Germaine est présente dans de nombreuses églises sur le chemin.

Quand le corps se fait plus lourd, chaud et moite, les muscles arrondis sous l'effort prolongé, les couleurs du ciel changent, la lumière devient plus écrasante, franche et crue. Les odeurs suaves des figues écrasées et des pommes trop mûres, se font entêtantes. Les parfums exhalent sous l'effet de la chaleur, les noix tombées au sol, les douces amandes et les odeurs d'anis. Les jambes se traînent, c'est l'appel du gîte, l'appel au repos.

A l'arrivée à l'hébergement, les exigences matérielles reprennent le pas avec l'enregistrement et le paiement de la nuitée. Le pèlerin sort son passeport le plus précieux, laisser passer qui sera tamponné pour preuve de chacun de ses passages, la créanciale. Les gestes se succèdent bien huilés, l'installation dans le dortoir, la douche, petit reportage dans le carnet de bord journalier, l'envoi du SMS aux enfants. Et puis c'est la visite des alentours pour capter les lueurs du jour qui baisse, le soleil couchant.

Quand vient le moment du repas, ce sont les retrouvailles de tous les gais pèlerins qui se mettent à gouailler tels les habitants du village d'Astérix qui se retrouvent autour d'un Sanglier rôti. Ambiance chaleureuse, boiseries et quelquefois feux de bois, autour d'une plâtrée de pâtes ou d'une spécialité du pays. Les langues se délient, véritable tour de Babel, échanges de toutes nations, chacun se débrouille, fait des gestes ou cherche l’anglais appris il y a bien longtemps, très peu de français. On parle du chemin parcouru de son expérience, on se rappelle une précédente rencontre d’il y a deux jours, on reconnaît les visages d'il y a huit jours.

Vers 20h le calme revient, chacun dans son coin prépare ses affaires du lendemain, nettoie les affaires du jour ou se faufile dans son lit. Peu à peu le silence s'installe, les lumières s'éteignent et le pèlerin s'endort dans le bourdonnement du ronfleur de service.

Geneviève R.

La journée du pèlerin - Partie 1
La journée du pèlerin - Parite 2
(dimanche du 28 juin 2015(dimanche 21 juin 2015) 
image http://roch.compostelle.free.fr/images08/Via%20Plata2%20300.jpg