Lc 8.1-3 Ceux et celles qui accompagnent Jésus

Publié le par Père Olivier de Framond

Vendredi, 24e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 8,1-3.

En ce temps-là, il arriva que Jésus, passant à travers villes et villages, proclamait et annonçait la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient,
ainsi que des femmes qui avaient été guéries de maladies et d’esprits mauvais : Marie, appelée Madeleine, de laquelle étaient sortis sept démons,
Jeanne, femme de Kouza, intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les servaient en prenant sur leurs ressources.

Qui accompagne Jésus sur son chemin ? Il y a un groupe d’hommes que Jésus a appelés et choisis. Et il y a un groupe de femmes, qu’il a guéries et relevées, attirées à sa suite. Sans doute est-ce là une marque d’une pudeur culturelle : il n’appelle que les hommes, comme lui, il n’attire que les femmes, malades ou possédées, qui servent tout ce beau monde ! Ca ne veut pas dire qu’il n’y a que les femmes pour être malades et pour bosser. Les hommes qu’il a appelés, c’est des paumés du petit matin, qui ne comprendront rien à la dernière montée de Jésus à Jérusalem, au point d’en faire un traître, un renégat, et des dispersés égarés. Je me suis dit : « et si Jésus avait été une femme, qu’aurait-été l’Evangile ? » … Mauvaise question, sans doute.

Le Ressuscité cependant donnera une mission à une femme, une de celles qui le suivent ici : « va trouver mes frères et dis-leur que je m’en vais vers mon père et votre père ». Les femmes sont celles qui empêcheront les hommes de tourner en rond. Elles réveillent en eux ce qui s’est éteint. Homme et femme Dieu créa l’humain ! Les paumés disent merci aux malades, créés les uns et les autres à l’image de Dieu. Homme et femme, nous suivons Celui qui guérit notre humanité. Le Christ est notre naissance. Et sa naissance, nul ne peut la saisir ni la contempler. Le Christ ressuscité est là, dans ce réel insaisissable. S’il n’est pas ressuscité, notre foi est vaine, il n’y a pas de naissance, pas de fraternité. Christ ressuscité, tu as les paroles de la vie éternelle …

Père Olivier de Framond, image http://i.skyrock.net/6515/91226515/pics/3244944540_1_3_RIYWyOUA.jpg

Publié dans 2016 framond