Mc 10, 1-12 La loi et le mariage

Publié le par Père Olivier de Framond


Le vendredi de la 7e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 10,1-12.

En ce temps-là, Jésus arriva dans le territoire de la Judée, au-delà du Jourdain. De nouveau, des foules s’assemblent près de lui, et de nouveau, comme d’habitude, il les enseignait.
Des pharisiens l’abordèrent et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »
Jésus leur répondit : « Que vous a prescrit Moïse ? »
Ils lui dirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation. »
Jésus répliqua : « C’est en raison de la dureté de vos cœurs qu’il a formulé pour vous cette règle.
Mais, au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme.
À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère,
il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »
De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.
Il leur déclara : « Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre devient adultère envers elle.
Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre, elle devient adultère. »

****************************

Syméon l’avait dit à Marie : son enfant révèlerait les cœurs, les intentions. Ces hommes qui interrogent Jésus posent de bonnes questions, puisque les 12 en sont touchés et interrogent leur maître après. Mais l’intention cachée n’est peut-être pas la même. Celle des premiers : mettre Jésus à l’épreuve, celle des apôtres : y voir clair. La loi des pharisiens est celle qui les arrange, pour vivre l’adultère en restant dans les règles. Un intervenant l’autre jour, qui est ce qu’on appelle dans l’Eglise un « défenseur du lien », chargé de soutenir le lien du mariage, disait que si on le voulait, on pourrait rendre nuls tous mariages qui demandent la nullité ! 

La loi reçue par le Christ est celle qui redonne sens : une relation vivante à tout le créé. Vivre le mariage comme une création de Dieu, une 2ème naissance, « homme-et-femme », à l’image de Dieu, ce n'est pas mal, non ? Ce qui anime le Seigneur, c’est la recherche d’un monde de vie, d’échange, de foi, de cœur. D’autres préfèrent la conformité tranquille à la norme, leurs intérêts personnels, la mort. Ils ne connaissent pas d’ami fidèle, car ils ne sont pas dans « la crainte du Seigneur » pointée par le Siracide. Craindre le Seigneur recherche les intentions de Dieu.

Père Olivier de Framond, image http://hozana.org/publication/2912-ce-que-dieu-a-uni-que-lhomme-ne-le-separe-pas ?

Publié dans 2017_framond